Amazon, Nokia et Microsoft lorgnent sur RIM et le Blackberry

blacberry_rachat_amazon_nokia_microsoft_rim

Amazon et Nokia Microsoft semblent avoir repéré la bête malade dans le troupeau des fabricants de téléphone mobile. Comme ses affaires sont au plus mal, Research in Motion (RIM), le fabriquant canadien du Blackberry, s’expose inévitablement à des tentatives de rachat.

Des sources révèlent qu’Amazon se serait manifesté le premier, cet été, et se serait heurté à un refus.

Mais alors que la réputation du Blackberry est entâchée par les nombreuses pannes qu’il a subi et que les affaires de RIM continuent d’empirer (début décembre la société a annoncé qu’elle n’atteindrait pas ses objectif de bénéfice annuel, entrainant la chute de son titre en bourse, et depuis quelques jours il est officiel que la sortie du nouveau modèle de Blackberry est reporté à la fin 2012), la société canadienne devrait face à de nouveaux coups de boutoir.

Il semblerait que ce soit désormais un groupement Nokia-Microsoft qui soit le plus intéressé par un rachat. Avaler RIM leur permettrait d’être plus concurrentiel face à Apple, dont l’I-phone a grappillé les parts de marché d’un Blackberry à la dérive.

Si Amazon n’a pas dit son dernier mot, Microsoft, qui est déjà partenaire de RIM pour le moteur de recherche Bing, devrait tenir la corde, même si le dossier s’annonce très complexe a finalisé.