Djokovic fait chavirer les cœurs des filles de Roland-Garros

tennis djokovic garros

 Lundi, après sa victoire sur l’Italien Potito Starace, le joueur serbe entame le célèbre tournoi parisien sous le signe de la séduction et de l’humour en affirmant, dans la langue de Molière, «J’ai décidé que pendant quinze jours je ne parlerai qu’en français sur le court».

C’est après un premier match disputé (7-6, 6-3, 6-1) que Djokovic exprime son soulagement et sa détermination au micro de Cédric Pioline.

Fidèle à sa bonne humeur, il s’est littéralement mis le public parisien dans la poche et particulièrement la gente féminine en s’adressant aux spectateurs du court Chatrier dans un français hésitant, teinté d’un léger accent serbe. Recette efficace pour séduire un public convoité qu’il avait déjà testée en 2009 lors du tournoi de Bercy.

Et en effet, le serbe aura besoin de tous les encouragements du public pour réaliser le difficile Grand Chelem. Djokovic doit faire oublier la défaite de l’année dernière en demi finale face à Roger Fédérer, combat acharné auquel le suisse avait su venir à bout poussé par les cris de spectateurs séduits. Or, pour rentrer dans l’histoire et stopper l’imbattable Raphael Nadal, invaincu depuis six ans, le serbe se doit de gagner le soutien du public.

Djokovic est apparu néanmoins crispé dans ce début de tournoi avec un premier set tendu où il a eu du mal à trouvé ses marques et a multiplié les fautes directes. Il a ensuite retrouvé de bonnes sensations, face à un très bon spécialiste de la terre battue, en allongeant la longueur de ses balles et en témoignant d’un esprit plus offensif et conquérant. Reste encore à soigner son service s’il veut continuer le tournoi sereinement.

Djokovic n’a pas hésité à évoquer son ambition pour Roland Garros : «Je n’ai jamais joué de finale ici, plusieurs demies seulement, alors oui j’aimerais beaucoup. Mais vous savez c’est loin encore la finale !» Au prochain tour il affrontera le Slovène Blaz Kavcic, une rencontre qui devrait lui permettre de continuer à trouver ses marques et de monter en puissance. Il faudra alors que le serbe travaille également son français et son sourire, s’il veut poursuivre son opération séduction qui semble pour le moment très bien fonctionner.