François Hollande accusé par Florien Phillippot

François Hollande accusé par Florien Phillippot de « diffamer la candidate FN dans le Doubs »

Alors que les journalistes n’ont pas encore quitté l’Elysée que différentes réactions politiques se dévoilent sur la conférence de presse de François Hollande, dont celle de Florian Philippot sur RTL.

Le vice-président revient sur la remarque du chef d’Etat sur les législative partielles de Doubs, qui mettra en duel le PS et le FN. Le président de la république est revenu sur ses propos concernant la candidate du FN sur l’égalité des races. Le Front National n’est pas du même avis que la République. Ce que Florian Philippot considère comme une diffamation de la candidate FN.

Jean-Michel Aphatie s’échange avec Florian Philippot sur le sujet sur RTL :

« Florian Philippot : Que le chef de l’État aille diffamer une candidate en allant chercher des propos qui ne sont même pas d’elle, de 1996, ça prouve à quel point la France n’est pas dirigée…

–          Jean-Michel Aphatie : Ah si si, les propos sont d’elle oui. Les propos sont d’elle.

–          Florian Philippot : Je peux parler ? Où je ne peux pas parler ?

–          Jean-Michel Aphatie : Elle a même reconnu qu’elle lisait l’argumentaire du Front national.

–          Vincent Parizot : Ça, c’était Jean-Michel Aphatie. Poursuivez Florian Philippot.

–          Florian Philippot : Voilà, c’est bien. Non, mais c’est bien, toute la caste politico-journalistique est derrière le candidat PS…

–          Jean-Michel Aphatie : Ah non, c’est factuel.

–          Florian Philippot : … et donc, il faut que le FN arrive en tête pour mettre une bonne rouste à cette belle caste qui commence à être particulièrement agacée, agressive et haineuse parce qu’elle sent que le peuple reprend la main. »

En 1996, Jean-Marie Le Pen avait été défendu par « la discipline » après qu’il a déclaré son opinion sur l’inégalité des races. Le 3 février dernier, Sophie Montel est revenue sur ses propos en disant qu’elle « ne considérait pas que les races soient inégales ». Cette attaque de Florian Philippot sur « la caste politico-journalistique » fait suite à une déclaration de Marine Le Pen concernant un reportage diffusé par France 2 qui décrit le service public « en mode Pol Pot ».