Plus de podiums pour les mannequins trop maigres

En tout c’est que le député PS Olivier Véran a proposé, soutenu par la ministre de Santé Marisol Touraine.

Deux amendements ont été ajoutés au projet de loi santé empêchant l’embauche des mannequins aux abords de l’anorexie. Ces deux amendements viennent d’être soumis à l’Assemblée nationale par le Olivier Véran, député PS de l’Isère.

Le ministre de la Santé Marisol Touraine adhère complètement l’idée. Elle a déclaré lundi matin « Indiquer que, quand on est mannequin, on doit aussi s’alimenter et prendre soin de sa santé, c’est un message important, et c’est un message important en particulier à destination des jeunes filles (…) qui voit dans ces mannequins des modèles esthétiques », « La démarche est bonne », ajoute-t-elle tout en insistant sur le fait que gouvernement devrait étudier « précisément la rédaction des amendements ». Le non-respect de ces amendements peut atteindre 75 000 euros avec six mois d’emprisonnement.

Le premier amendement consiste à « interdire le recours à de jeunes femmes d’extrême maigreur, dont le poids les mettrait en danger » dans le monde du mannequinat. « Les mannequins devront présenter pour cela un certificat médical avant une embauche et quelques semaines après », explique un parlementaire sur le Parisien. « Si les agences ne respectent pas cette règlementation, elles seront pénalement responsables ».

Mais sous quel indice détermine-t-on « l’extrême maigreur » ? Cela serait évalué selon l’indice de masse corporelle (IMC) qui s’obtient en divisant le poids par taille au carré. « En France, on considère que l’on est maigre en dessous de 18,5. L’OMS retient un indice en dessous de 18 pour commencer à parler de dénutrition. En dessous de 17, c’est une dénutrition sévère. En dessous de 16, c’est considéré comme un état de famine », ajoute le député.

Le deuxième amendement consiste à la création d’un « délit d’apologie à l’anorexie », et ce, afin de cibler les sites internet proana, qui prohibent l’extrême maigreur et font l’apologie de l’anorexie. Ces sites prônent surtout le fameux « thigh gap » ou l’écart entre les cuisses chez certaines femmes quand elles se tiennent droit avec les pieds serrés et qui est un signe de minceur chez les adolescentes.