Attentat à Bangkok : Tout un réseau serait derrière

On commence à peine à mieux cerner les détails de l’attentat qui a frappé Bangkok, faisant 20 morts et des dizaines de blessés. Les autorités thaïlandaises ont rendu publiques des photos tirées d’une caméra de vidéosurveillance montrant un homme non loin de la scène de l’explosion et quelques minutes avant celle-ci.

Le chef de la police nationale a affirmé qu’il faut au moins 10 personnes pour réaliser ce type d’actions et sa préparation. Une planification qui nécessite du temps, des moyens et une bonne connaissance du pays et des lieux font penser que ce réseau a des liens avec des gens vivant en Thaïlande. Un contrôle rigoureux des frontières sans succès fait penser que les suspects sont encore dans le pays. Une récompense équivalente à 25 000 euros est offerte pour toute information menant à l’arrestation du suspect.

Aucune piste bien sûr, n’est négligée, mais on en écarte certaines jugées moins crédibles comme celle menant aux opposants politiques « les chemises rouges » ainsi que la piste des rebelles musulmans du sud du pays. Un porte-parole de la junte militaire a pour sa part jugé « peu probable » l’œuvre d’un groupe terroriste international. Actuellement la piste la plus sensible est celle des Ouïgours, car la Thaïlande a renvoyé en Chine des membres de cette communauté musulmane qui fuit les violences dans la province du Xinjiang.

Crédit photo : Cyrielle Cabot