Madame Claude, la célèbre proxénète, est décédée

A l’évocation de « Madame Claude » les plus âgés d’entre nous vont tendre l’oreille. La dame qui vient de décéder à l’âge de 92 ans était tout simplement la plus célèbre proxénète des années 60 – 70. Elle a dirigé un empire de la prostitution de luxe à Paris, les plus folles rumeurs ont plané sur son compte.

D’origine modeste, et de son vrai nom Fernande Grudet, elle monte à la fin des années 50, son réseau de prostitution de luxe dans le XVIe arrondissement de Paris, alors elle n’était pas encore âgée de 30 ans. Madame Claude a perfectionné à l’époque, un nouveau système, qui consistait à mettre en relation des jeunes femmes averties et sélectionnées avant tout pour leur allure et leur minimum de culture pour une clientèle aisée, et ce, par le biais du téléphone, les fameuses « call-girls ».

C’était une femme de caractère, très discrète, qui a fourni « ses filles » aux politiques, hommes de médias et autres stars du show-business. Son carnet d’adresses (dans lequel aurait figuré entre autres, le shah d’Iran, John Kennedy ou Giovanni Agnelli), lui a longtemps procuré une impunité. Finalement, poursuivi à partir de 1976 par le juge Jean-louis Bruguière qui entreprend de démanteler le réseau, elle se réfugie aux États-Unis.

Elle revient en France en 1985, purge une peine de quatre mois de prison. À sa sortie, elle tente de monter de nouveau un réseau de call-girls. Elle est une nouvelle fois incarcérée quelque temps pour proxénétisme. Depuis, Fernande Grudet vivait en recluse dans un petit appartement sur la Côte d’Azur.

Elle est morte en emportant certainement de nombreux secrets de la Ve République.

Crédit photo : ++