Le PSG est-il vraiment trop au dessus du lot ?

Les résultats de la 30e journée du championnat de France sont significatifs. Le Paris Saint-Germain bat Troyes sur son terrain par la bagatelle de 9 à 0, et devient, dans la foulée mathématiquement, champion de France après seulement 30 journées de championnat. Ce sont donc, deux records qui sont battus par le club de la capitale ce week-end.

Tout d’abord, la plus large victoire d’un club à l’extérieur dans le championnat français. Il bat donc le record de l’AS Saint-Etienne, qui avait réussi un score fleuve au cours de la saison 1951-1952. Cette saison-là, les Stéphanois s’étaient imposés au stade Vélodrome de Marseille sur le score de 10 buts à 3, à une époque où la moyenne de buts par match était plus élevée qu’aujourd’hui.

Le deuxième, le PSG est devenu le champion de France le plus précoce après seulement 30 petites journées. Il explose ainsi le record jusqu’ici détenu par l’Olympique Lyonnais, titré après 33 journées lors de la saison 2006/2007.

Tout ceci amène évidemment des questions sur l’intérêt de la Ligue 1 française. Avec, d’un côté, la faiblesse générale d’un championnat, en deçà de bien autres championnats Européens.  De l’autre, les moyens mis en place par le club de la capitale pour affronter le niveau de la Coupe d’Europe, dans lequel il croise des clubs anglais dont le niveau du championnat est bien plus relevé, mais aussi les cadors du championnat espagnol, allemand et italiens.

En France, le PSG n’a plus qu’un adversaire, lui-même, et la gestion de son vestiaire. La presse semble de plus en plus s’intéresser aux affrontements, et aux nouvelles du vestiaire et de ses stars, qu’aux exploits du terrain. Espérons que cette situation amènera les autres clubs à monter de niveau, à se structurer, et pas simplement chercher un éventuel généreux mécène étranger pour leur salut.

En attendant, dans l’hexagone, il semble bien que le suspens soit ailleurs…

Crédit photo : SGrayPhoto