1667 euros représentent le niveau de vie médian en 2013

La dernière enquête de l’Insee intitulé « revenus et les patrimoines des ménages« , révèlent qu’en 2013, le niveau de vie médian s’élevait à 20 000 euros annuels, soit 1 667 euros par mois, c’est donc une stagnation par rapport à 2012.

Si l’on élargit un peu la vision, on constate que le niveau de vie médian a légèrement baissé de 1,1 %, entre 2009 et 2013, soit 0,2 % en moyenne annuelle. Auparavant, entre 2004 et 2008, il avait augmenté de 1,8 % par an en moyenne.

En fait, qu’appelle-t-on niveau de vie médian. Pour l’Insee, le niveau de vie s’entend comme le revenu disponible du ménage comprenant toutes les sources de revenus. Le tout net, des principaux impôts directs est divisé par ce que l’on appelle le nombre d’unités de consommation (UC), qui sont les personnes qui composent le ménage. 1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC aux enfants de moins de 14 ans. Le niveau de vie médian partage donc la population en deux, ceux qui disposent d’un niveau de vie inférieur et ceux qui disposent d’un niveau de vie supérieur.

Pour l’Insee, les inégalités se sont d’abord creusées avant de diminuer. C’est en 2011 que les inégalités atteignent leur niveau le plus élevé, portées par une très forte augmentation des très hauts revenus. Puis, entre 2011 et 2013, on a assisté au phénomène exactement inverse. Il semblerait que la part des revenus du patrimoine (revenus financiers, loyers perçus, etc.) dans le revenu disponible des ménages a nettement baissé, passant de 11,9 % à 10,9 % entre 2012 et 2013.

En 2013, le seuil de pauvreté s’établit à 1 000 euros mensuels. Ce sont 8,6 millions de personnes qui vivent sous ce seuil de pauvreté, soit 14 % de la population. Cette proportion diminue cependant légèrement en 2012 et 2013 (de respectivement 0,4 point et 0,3 point) mais, sur cinq ans, la pauvreté a augmenté de 0,7 point.

Un petit coup d’œil sur la population « pauvre « , montre que le taux de pauvreté des retraités diminue, passant de 9,3 % en 2011 à 7,9 % en 2013. Le taux de pauvreté des actifs diminue aussi, passant de 10,9 % en 2011 à 10,5 % en 2013. Cependant, 1,9 million de personnes ayant un emploi, vivent en dessous du seuil de pauvreté, soit 7,6 % des actifs occupés. Enfin, triste constat, bien qu’en très léger recul, le taux de pauvreté des enfants s’établit à 19,6 % en 2013.

En 2015, près de 94 % des ménages détiennent un patrimoine privé autre qu’un compte chèque. 90,1 % sous forme de produits financiers, 62,6 % disposent d’un bien immobilier et 15,0 % d’actifs professionnels. L’épargne-retraite (y compris assurance-vie) avec 44,2 % en 2015 gagne du terrain, a contrario la proportion de ménages métropolitains (16,5 %) à détenir des valeurs mobilières a baissé de 8 points par rapport à 2004.

Crédit photo :  What’s-up