Alcoolisme : le Baclofène reconnu efficace contre les abus

A priori, une bonne nouvelle pour tous ceux qui luttent contre le fléau, que constitue l’alcoolisme. L’intérêt du Baclofène, comme médicament pour réduire la consommation d’alcool, a été confirmé par deux équipes de recherche au congrès mondial d’alcoologie de Berlin.

Deux équipes, cela veut dire deux études sous les noms de Bacloville et d’Alpadir. La première a été menée par la faculté de médecine Paris Descartes, l’AP-HP et des médecins généralistes. Elle visait à comparer l’efficacité et la sûreté du produit administré à fortes doses, à celles d’un placebo chez des patients alcoolo-dépendants.

La deuxième étude, Alpadir, coordonnée par le Pr Michel Reynaud, addictologue à l’hôpital Paul Brousse (AP-HP), visait principalement à évaluer l’efficacité du Baclofène dans le maintien de l’abstinence de patients alcoolo-dépendants pendant une période de 20 semaines consécutives toujours en comparaison avec un placebo.

 Ces deux études, démontrent un avantage comparatif du Baclofène pour réduire la consommation d’alcool. « Le Baclofène permet de réduire la consommation d’alcool, dans un cas sur deux, ce n’est déjà pas si mal« , confirme le Pr Michel Reynaud, président du Fonds Actions Addictions. Il s’empresse cependant de préciser, « ce n’est pas un médicament miracle, mais ce médicament apporte un plus dans l’arsenal thérapeutique contre l’alcoolo-dépendance ».

 Le laboratoire Ethypharm, qui est le promoteur de l’une de ces études, a immédiatement réagi, et a annoncé qu’il attendait les résultats complets de ces essais pour demander une autorisation de mise sur le marché de la molécule. Actuellement, il fait l’objet d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) qui en restreint les possibilités de délivrance. Ce sont simplement les malades pour qui les autres traitements ont échoué, qui, peuvent en bénéficier.

 Il faut rappeler qu’à la base, le Baclofène était un médicament prescrit dans le traitement des contractures musculaires. Dans les années 2000, de premières études ont montré qu’il pouvait aider à réduire la dépendance à l’alcool. La popularité du Baclofène, a explosé en France depuis la parution du livre « le dernier verre » d’Olivier Ameisen en 2008. Ce cardiologue alcoolique, depuis décédé, racontait comment, il avait supprimé son envie de boire en prenant du Baclofène à très fortes doses.

Crédit photo :  Imagens Evangélicas