Thermomix : « la nouvelle star » de la cuisine

Difficile de l’ignorer, il est en train de véritablement hanter nos cuisines. Ne cherchez plus, en effet, on parle bien du fameux robot allemand « Thermomix », celui qui fait de vous un cuisinier capable de concocter toutes sortes de plats. Il a conquis 72 pays, et on peut se demander quelle est donc la recette de son succès ?

En fait, le concept n’est pas nouveau, le principe du mixer à plus quarante ans, mais depuis quelques années, on doit se rendre à l’évidence, le robot est devenue la star de la cuisine, celui qui a le vent en poupe.

Les raisons de son succès, résident dans quelques améliorations techniques lui permettant d’étendre la palette de son utilisation, et surtout un net effort sur le design pour en faire un bel objet. Tout le monde sait bien que pour être une star, il faut un look.

Il profite aussi de sa particularité de permettre de faire des recettes très variées pour des citadins, qui veulent avoir de l’originalité, et le monde entier dans l’assiette, sans avoir, ni même prendre le temps de faire la cuisine. Tant pis pour les puristes, qui soutiennent qu’éplucher, mélanger, goûter, assaisonner, rectifier la consistance ou le goût, cela fait aussi partie du plaisir de cuisiner.

Cependant, ce n’est pas tout, son succès, il le doit notamment à un marketing inchangé depuis 40 ans, et qui reprend de la vigueur actuellement, c’est la vente directe. Des consommateurs, déjà conquis par l’appareil, rassemblent une poignée d’invités pour une « soirée Thermomix », façon soirée « Tupperware ». Aujourd’hui, Thermomix emploie 40 000 « dames », comme les appelle le patron de la marque en Europe. Certaines le font occasionnellement, pour d’autres, c’est un vrai métier rejoignant l’ubérisation et l’auto-entreprise.

Les ventes ont grimpé entre 20 % et 30 % par an en moyenne ces dernières années, pour atteindre 800 millions d’euros l’an dernier. Pour la première fois de son histoire, il y a des délais de livraison.

Si la société est Allemande, le principal site de production, se trouve en France à Cloyes exactement, et il tourne à plein, et une deuxième ligne a été ouverte en Allemagne.

Pour la petite histoire, c’est un ingénieur suisse qui a eu au début des années 70 l’idée initiale du mixeur qui chauffe, parce qu’il vivait en France, « et que les Français aiment tellement les soupes ».

Crédit photo : Thefanboyseo