Trump Président : des scientifiques américains craignent pour des données sur le climat

Il faut bien avouer, que certaines décisions et réactions, montrent visiblement que le réchauffement climatique est le cadet de ses soucis. C’est pour cela, que les scientifiques américains collectent le plus de données gouvernementales possibles sur le climat pour éviter qu’elles ne disparaissent totalement d’internet.
Les scientifiques ont peur que pour justifier les futures décisions du gouvernement pas vraiment favorable à la prise en compte du réchauffement climatique, l’administration Trump fasse comme pour le site de la Maison-Blanche où les références au réchauffement climatique ont été retirées. Les scientifiques ont déjà été échaudés, car en 2004, lors de la réélection de George W. Bush à la présidence des États-Unis, la communauté scientifique avait accusé son administration d’avoir supprimé les références au réchauffement climatique de plusieurs rapports d’experts.
C’est la mobilisation générale, qui a pris le nom de, « opération Data Refuge ». Cela consiste à stocker des données gouvernementales sur le climat et notamment celles apportant la preuve d’un réchauffement climatique sur des serveurs indépendants. De nombreux universitaires, libraires, informaticiens ont participé à cette collecte gigantesque de données.
Bethany Wiggin, directrice d’un laboratoire scientifique de l’université de Pennsylvanie, à l’origine du programme « DataRefuge », explique pour le site Reporterre, que « les liens hypertextes vers des études scientifiques peuvent facilement être brisés ». Elle précise aussi qu’avec la nomination de Scott Pruitt, un climato-sceptique à la tête de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA). « Nous avons toutes les chances de croire que les données contenues sur le site web de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) seront encore plus vulnérables« .
Deux précautions valent mieux qu’une, en faisant savoir que des données ont été mises à l’abri, et qu’elles peuvent être utilisées, il est clair que la tentation de les faire disparaitre sera moins grande. Le projet « Data Refuge » veut aussi sensibiliser la population à l’importance de conserver ces données.

 

Crédit photo : biodiversité