Le Vanuatu part en guerre contre la « junk food »

Dans la province de Torba au Vanuatu, on a pris de grandes décisions et on veut arrêter de tourner autour du pot. Ils souhaitent devenir la première province des îles pacifiques à devenir 100 % bio, rapporte le Guardian.
Des élus locaux, veulent réduire les importations des produits alimentaires occidentaux transformés. Essentiellement dans la ligne de mire, les hamburgers, les fritures grasses comme les frites et les poulets. Ce que l’on appelle communément « la junk food ».
Deux objectifs sont visés, tout d’abord, valoriser la production nationale riche et biologique, en privilégiant les ressources alimentaires locales comme les poissons frais, plantes, fruits et légumes qui sont délaissés au profit des importations.
Dans un deuxième temps, il y a aussi un enjeu sanitaire, car il s’agit aussi de lutter contre l’obésité. D’après une étude réalisée en mars 2016 par l’Imperial College of London, 50 % des femmes et 36 % des hommes polynésiens sont victimes de surpoids. En 2012, 42 % des enfants polynésiens étaient atteints d’obésité.
Les conséquences sont immédiates, et on peut déplorer que le nombre de maladie cardio-vasculaire et d’amputations pour cause de diabète n’en finisse pas d’augmenter. On arrive à une statistique terrible, car dans les îles Fidji, toutes les douze minutes, un Polynésien est amputé à cause de ses problèmes de santé liés à une alimentation déséquilibrée.
Luc Dini, membre du conseil touristique de Torba, très impliqué dans ce combat explique, « dans d’autres provinces où les gens ont adopté des régimes alimentaires occidentaux, vous voyez des jolies filles, mais lorsqu’elles sourient, elles ont les dents cassées, car le sucre les a abîmées. Nous ne voulons pas que cela se produise ici et nous ne voulons pas développer des maladies à cause de la junk food occidentale ».
Luc Dini a déjà lancé cette transition dans les résidences touristiques, les voyageurs étrangers s’y voient exclusivement servir des produits locaux. Cette transition, a semble-t-il commencé avec l’approbation du gouvernement central de Port-Vila Torba, qui se fixe également comme horizon 2019 pour devenir la première province des îles du Pacifique à l’agriculture 100 % biologique et locale.
Quand même, pas une petite frite à se mettre sous la dent, pour certains touristes, cela ne va pas être évident.
Crédit photo : luc_finot