« Chez nous », le film de Lucas Belvaux déprogrammé à Saint-Cloud

Même s’il s’en défend, Lucas Belvaux, le réalisateur du film « Chez nous » sait très bien que son film reste polémique et qu’il va faire des vagues. Avant même sa sortie officielle, les choses ont commencé, le film aurait été déprogrammé du cinéma municipal de Saint-Cloud sur demande de son maire, Éric Berdoati.
Pour rappel, le film raconte la conquête du pouvoir par un Parti appelé le « Bloc patriotique », Parti d’extrême droite inspiré du Front National, dans le nord de la France. Les motifs précis de cette décision de l’élu Les Républicains, ne sont pas vraiment connus.
Pour l’instant, Jean Labadie, patron du Pacte, la société de distribution du film explique, que « nous n’en savons rien. C’est la programmatrice de cette salle, qui nous a expliqué qu’il avait été refusé par le maire. C’est d’autant plus curieux, que nous travaillons très bien d’habitude avec Les Trois Pierrots ».
Jean Labadie, précise qu’il a attendu quelques semaines avant d’envoyer un communiqué de presse signalant ce refus de la part du cinéma de Saint-Cloud. Le temps de permettre à chacun de se faire une idée. « Nous avons offert la possibilité à Berdoati de visionner Chez Nous, comme nous avons proposé à tout le monde de le voir. Même le responsable culture du FN, est venu le visionner ». Cette démarche n’a visiblement servi à rien, puisque la déprogrammation à Saint-Cloud a été maintenue.
Il est à noter, que le film a pourtant été autorisé légalement, qu’il n’est soumis à aucune interdiction, et qu’il ne présente pas de risques pour l’ordre public, qui pourrait justifier des mesures de restriction. Il est programmé à l’heure actuelle dans 280 salles de cinéma.
Ce n’est pas le même son de cloche du côté de la mairie de Saint-Cloud. Dans un communiqué de presse, Éric Berdoati se dit « scandalisé » par les affirmations du distributeur, et ajoute, « la programmation art et essai du cinéma Les 3 Pierrots de Saint-Cloud (comme la programmation des spectacles) ne relève pas du maire, mais de professionnels qui, comme pour n’importe quelle petite salle, opèrent des choix. Il est à noter qu’une critique négative du film dans Les Cahiers du Cinéma, avait influencé le programmateur dans son choix final » de ne pas retenir ledit film.
Comme on pouvait s’y attendre, la sortie du film a quelques soucis de programmation dans des villes dirigées par des membres du Front National, ou ayant de nombreux élus appartenant à ce parti. Elles suivent les réactions négatives qui ont fusé au sein du FN, d’ailleurs sans même avoir vu le film.
Du côté de Saint-Cloud, le maire n’en est pas à son coup d’essai en la matière. On se rappelle qu’en 2013, quelques mois après les remous soulevés par « le mariage pour tous », Eric Berdoati avait fait retirer les affiches du film d’Alain Guiraudie « l’inconnu du lac ». L’affiche montrant deux hommes en train de s’embrasser aurait fortement déplu à ses administrés.

Crédit photo : Jean Sarkozy