Nicolas Hulot prend de la distance et ne donnera pas de consigne avant le premier tour

Cette fois Nicolas Hulot, a décidé de rester un peu plus en retrait. Dans une interview au Parisien, il explique qu’il ne donnera pas de consigne de vote avant le premier tour. Il en profite aussi pour donner les raisons qui l’ont poussé à ne pas se présenter.
C’est une lente réflexion qui a amené le président de la fondation qui porte son nom à prendre la décision de ne pas se présenter. Il confit lui-même, que cela l’a « empêché de dormir pendant plusieurs mois ». Cependant, il semble qu’après une analyse à travers ses différentes implications dans le monde politique, et ses prises de positions antérieures, l’ont dissuadé d’aller plus loin.
Nicolas Hulot, sait trop bien, pour avoir côtoyé de près cet univers et l’entourage de candidat, qu’il faut avoir pour mener une campagne, une volonté et une ambition sans failles. Il se dit lui-même « pas préparé » pour être candidat. La vision de ce qu’il appelle « le calvaire » que pouvait représenter un mandat comme celui de François Hollande, l’a certainement conforté dans son choix.
Ce choix, c’est celui de rester « dans l’ombre » en essayant de peser, le plus possible sur les débats et les orientations des futurs décideurs. Il ne donnera donc pas de consigne de vote avant le premier tour, mais il ne s’interdit pas « de s’affranchir de sa neutralité en fonction de l’importance de la menace » et d’appeler à voter contre Marine Le Pen.
Nicolas Hulot, ressent certainement aussi cette défiance générale, qui traverse la société française envers la politique, tel que nous la connaissons actuellement. Ne voulant pas être dupe de l’intérêt opportuniste, que certains politiques portent à l’écologie, il se dit tout de même « très agréablement surpris » par la présence des enjeux environnementaux dans la campagne surtout à gauche. Concernant EELV, par contre il est sans concession et indique carrément « qu’il faut rebâtir quelque chose de complètement nouveau parce que ça ne fonctionne plus, avec une cause magnifique qui n’est pas reçue ».
En attendant, pour continuer la tâche qu’il s’est donnée et donc pour influencer les orientations de cette campagne, il lancera le 23 mars une « initiative avec de nombreuses associations ».

Crédit photo :  Paris Marche pour le Climat