Rentrée Scolaire 2017 : du sérieux dans les nouvelles mesures

Une rentrée des classes, cela se prépare, et quand on est un nouveau gouvernement avec un nouveau ministre de l’Éducation, on laisse encore moins la place à l’improvisation. Tous les yeux de la corporation et des parents d’élèves sont rivés sur l’annonce des nouvelles orientations.

Pour faire simple, le nouveau gouvernement veut redonner plus de pouvoir, de liberté et de l’autonomie aux acteurs locaux. Une valorisation, qui passe par plus de responsabilités dans le choix des mesures pédagogiques, choisies en fonction du public qui est le leur.

Cela va se traduire notamment par la possibilité aux communes de revenir sur la réforme Peillon, si elle le désire et si cela correspond à un consensus entre conseils d’école, municipalité et Inspecteur d’académie en faveur d’une autre organisation.

On devrait assister au retour des classes bilingues, ainsi qu’aux classes européennes et à l’ancienne organisation de l’enseignement du grec et du latin. Le ministre, a confirmé le dédoublement des classes de CP en REP+ pour une bonne maitrise par les élèves de la lecture. On va assister aussi à l’instauration du programme « devoirs faits » pour permettre aux élèves volontaires de rester à l’école après la classe afin de faire leurs devoirs. Cela revient en fait à l’instauration d’études surveillées encadrées, possibles pour tous.

A plus long terme, c’est le baccalauréat qui est en ligne de mire à l’horizon 2021. Une plus grande place au contrôle continu devrait être faite et moins d’épreuves écrites (3 ou 4 matières principales). Ces mesures ne font que suivre une tendance déjà engagée, car actuellement, les lycéens sont déjà notés sur cette formule. La plupart des admissions dans le supérieur se font par l’étude des bulletins scolaires, donc par le contrôle continu.

La simplification des épreuves du bac sur 4 épreuves, aurait aussi l’avantage de mobiliser moins de moyens en fin d’année.

Bien sûr, il reste à voir en septembre les moyens concrets mis en œuvre pour le suivi de ces mesures. Cependant, il est à parier que ce pan de mesures sera apprécié par la profession, qui va voir d’un bon œil, l’idée de donner plus liberté et de l’autonomie aux acteurs locaux. Il est aussi de bon aloi de s’appuyer, de faire confiance et de donner plus de place à un corps de métier, qui a bien besoin de revalorisation aux yeux de tous.

Crédit photo : Sam Nimitz