Le terrible et hélas traditionnel retour de la peste à Madagascar

Elle représente pour les populations d’Europe et dans le monde, la maladie dans toute son horreur. Elle a longtemps été le fléau, que tout le monde a redouté. Sous nos latitudes, on la croit définitivement disparue, il s’agit de la peste. Cependant, elle est encore présente, et le gouvernement de Madagascar a annoncé des mesures d’urgence pour tenter d’enrayer une nouvelle épidémie, qui a provoqué, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé, la mort d’au moins 24 personnes en un mois.

Six décès ont déjà été enregistrés dans la capitale Antananarivo. C’est pour cela, que le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana a annoncé des mesures provisoires comme la suspension dans la capitale de « toutes réunions ou manifestations ». Bien sûr, des mesures sont mises en place dans les aéroports et dans les gares routières, afin de ne pas étendre la maladie et de renseigner les personnes qui arrivent.

Chez l’homme, prise à temps la forme bubonique de la peste se soigne, avec des antibiotiques. Cependant, la forme pneumonique transmissible par la toux peut être fatale en seulement 24 à 72 heures.

Ce n’est hélas pas une première pour la grande île, car celle-ci est très régulièrement aux prises avec une maladie que l’on imagine pourtant disparue à l’heure actuelle. En effet, depuis 37 ans, la peste réapparaît tous les ans, et plus étonnant encore à la même période, c’est-à-dire d’octobre à mars.

Il n’a pas fallu attendre aussi longtemps cette année, car le premier décès a été enregistré fin août. La victime, a été retrouvée dans un taxi-brousse dans la ville de Moramangat en essayant de rejoindre Tamatave, une ville sur la côte Est. L’épidémie s’est ensuite propagée dans le pays notamment dans la capitale Antananarivo.

Très régulièrement, on enregistre des décès et des malades pour en arriver à un total de 24 morts et plus d’une centaine de cas suspects à la fin septembre.

Cette régularité avec laquelle la maladie revient, coïncide avec la saison des pluies, et surtout avec la tradition malgache du « retournement des morts » qui serait un facteur important dans le développement de la bactérie de la peste. Celle-ci utilise les puces pour se propager notamment chez les rats.

Crédit photo : esperenzajoiedesenfants