Attention, les sachets de thé ne sont pas forcément inoffensifs

A première vue, rien ne semble plus anodin qu’un sachet de thé. Cependant, l’étude sur sa composition peut amener de larges surprises. Une étude vient de démontrer, que l’on peut y trouver des traces de pesticides et de divers produits, et autres produits chimiques. Sur ce plan-là, l’étude démontre que même certains thés issus de l’agriculture biologique n’échappent pas à cette présence.

L’étude a été publiée par l’association « 60 millions de consommateurs », qui s’en prend donc à la seconde boisson la plus consommée au monde, qui pourrait être dans certains cas, qualifiée de nocive.

Pour en arriver à ces résultats, l’étude s’est penchée sur une analyse minutieuse de seize thés noirs et dix thés verts de marques diverses (Lipton, Kusmi Tea, Auchan, etc…). L’étude révélée par l’association 60 millions de consommateurs, indique la présence de produits chimiques dangereux pour la santé, et jusqu’à 17 pesticides dans les sachets de thé.

Il ne s’agit pas de se précipiter à l’hôpital tout de suite ou arrêter immédiatement de boire du thé, car en effet, les traces des différents pesticides repérés le sont majoritairement en quantité faible.

Ces traces seraient le résultat d’un problème de tri, mais aussi sur le fait que certaines feuilles ne seraient pas lavées pour ne pas lui faire perdre sa saveur. Patricia Chairopoulos, une journaliste du magazine explique, « lors de la récolte, si le thé est mal trié, des mauvaises herbes peuvent rester sur les feuilles et sécréter ces substances alcalogènes (molécules d’origine naturelle, renfermant du carbone, de l’hydrogène et, plus spécialement, de l’azote) qui sont cancérigènes pour l’homme« .

Outre l’alcaloïde, une substance naturelle, mais toxique pour l’homme, les scientifiques ont aussi repéré la présence de certains métaux extrêmement dangereux pour la santé tels que l’arsenic et le mercure. Les thés bio n’ont pas échappé aux regards des scientifiques qui ont constaté là aussi, la présence de pesticides, mais en quantité plus restreinte.

On est loin des mesures de sécurité prises en janvier 2017 à l’encontre de la marque Kusmi Tea contre ses tisanes à la camomille. Des tests avaient démontré qu’un sachet de cette gamme contenait une dose d’alcaloïdes 380 fois plus élevée, que le seuil recommandé pour éviter toute nuisance médicale.

Les spécialistes se fendent d’une petite recommandation simple, celle de changer régulièrement de marques de thé, afin d’être sûr de ne pas consommer une trop forte quantité de produits nocifs.

Crédit photo : Labrune2