Le milieu du football salue la victoire de George Weah

Il est évident, que la victoire de George Weah aux élections présidentielles du Liberia, n’a pas dû faire que des heureux dans son pays. C’est le lot de la politique ou faire l’unanimité est impossible ou douteux. Cependant, dans le milieu du football, sa victoire a été très saluée par les personnes qui l’ont côtoyé au cours de sa superbe carrière sportive.

En premier lieu, il y a les autres joueurs stars africains qui ont fait passer un petit mot à l’ancien joueur désormais président. Aux premières loges, Didier Drogba, ou Yaya Touré par exemple. Concernant Didier Drogba, l’attaquant ivoirien a même échangé un message en français rapidement retweeté par Weah, « merci Didier de ton soutien, nous sommes tous les deux soucieux et conscients du destin de nos peuples. Suivons le même chemin… ».

Le fondateur du Syndicat des joueurs pros du Ghana Anthony Baffoe, a posté « du Roi George à son Excellence le président du Libéria. Je tire mon chapeau… Le travail paie… Félicitations ».

Or, les félicitations débordent du cadre purement africain, car il ne faut pas oublier que George Weah, a joué dans de très grands clubs européens, et il a même été le premier Ballon d’Or non-européen. Ce n’est donc pas étonnant que des messages de félicitations soient parvenus de Monaco et l’AC Milan.

A titre personnel, le plus africain des entraîneurs français Claude Le Roy, qui a découvert Weah et conseillé à Arsène Wenger de le prendre, a déclaré, « on sait que le métier de chef d’Etat est un métier épuisant et éreintant physiquement. Quelqu’un comme George a des qualités physiques hors normes. Sur l’endurance, sur les qualités de concentration nécessaires à ce métier, il a développé des qualités incroyables dans un sport collectif, donc cela veut dire qu’il a toujours été à l’écoute ».

Arsène Wenger, aujourd’hui coach à Arsenal en Angleterre, et qui a lancé la carrière de George Weah à Monaco, se souvient et explique que « son histoire est un film extraordinaire, je le vois encore arriver à Monaco, complètement perdu, à l’âge de 23 ans. Les autres joueurs disaient qu’il n’avait aucune chance, et il est devenu le meilleur joueur du monde. Et aujourd’hui président de son pays ».

Du côté du PSG ou Mister Georges a évolué durant 3 saisons, on note les réactions de l’entraîneur et du président de l’époque à savoir Luis Fernandez et Michel Denisot, ainsi que d’anciennes gloires du club comme David Ginola et Bernard Lama.

On souhaite tout simplement autant de réussite au président qu’au footballeur.

Crédit photo : FIFPro World Footballers