L'Echo

Surcouf placé en redressement judiciaire

surcouf_redressement_judiciaire_lille_paris_informatique

La procédure a été ouverte par le tribunal de commerce de Lille, à la demande de Surcouf. Le groupe sera donc sous observation durant 6 mois, temps durant lequel l’enseigne doit mettre en place un plan de redressement.

Le groupe de distribution de matériel serait en grande difficulté, et ce depuis quelques années déjà. En 2011, deux magasins avaient été fermés, ce qui en avait ramené le nombre à six.

Quelques 174 salariés avaient perdu leur emploi lors d’un plan de redressement social en 2010, Surcouf emploie actuellement 472 personnes.

Le plus grand magasin de l’enseigne, qui rapporte à lui seul 40% du chiffre d’affaires, est celui situé avenue Daumesnil à Paris. Mais le groupe enregistre des pertes nettes dans son chiffre d’affaires depuis 2009, soit depuis le rachat par la famille Mulliez (fondatrice d’Auchan) à PPR.

«La direction nous a communiqué les résultats 2010 (terminé en mars 2011) il y a quinze jours seulement. Surcouf affichait une perte nette de 34 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 170 millions, mais la direction nous a assuré que, depuis, les ventes étaient en net redressement», affirme une source syndicale.

“Face à la situation à laquelle notre entreprise est confrontée, je fais le choix d’honorer mes engagements sociaux, et d’assurer la poursuite de l’activité pour satisfaire les demandes de nos clients”, a expliqué le président Hughes Mulliez

La demande de redressement a été déposée après la rupture du crédit-fournisseur qui permettait de renouveler ses stocks et assurait le réapprovisionnement en matériel.

Il est possible que Surcouf doive reconsidérer sa stratégie consistant à vendre ses produits au même prix en magasin et sur internet.

A propos de l'auteur

La Rédaction