Les buzz !

A Falciano del Massiccio (Italie) il est interdit de mourir

cimetiere_interdiction_mourir_falciano_massiccio_italie

Jose saramago, le seul prix nobel pour la littérature du monde lusophone, sourirait doucement, s’il était encore en vie, à l’annonce d’une telle décision communale. Lui qui a écrit « Les intermittences de la mort » où c’est la mort qui décide que plus personne ne meurt adorerait habiter à Falciano del Massiccio.

Mais ce n’est pas seulement par humour que le maire de cette petite bourgade près de Caserte a dû décréter cette interdiction. Le problème, majeur, est un manque de place dans le cimetière.

Ainsi, nous pouvons lire dans un style très poétique : « Il est interdit, dans la limite des possibilités de chacun, aux citoyens résidents ou aux simples passants, de dépasser la frontière de la vie terrestre pour aller dans l’au-delà ». Dante lui-même n’aurait pu mieux présenter les choses.

Les soucis sont nés de différents politiques entre Falciano del Massiccio et son village voisin plus grand Carinola, sur le terrain duquel se situe le cimetière. Malgré l’annonce d’un agrandissement, les travaux n’ont jamais commencé.

Ainsi, la commune a décidé de construire son propre cimetière. Mais entre temps il est interdit de mourir.

Le maire de Falciano a cependant déclaré que déjà deux personnes âgées ont dérogé à la nouvelle règle qui est cependant acceptée avec gaieté par la population. Au fond, ils ne peuvent pas mourir ! Quant aux deux hors-la-loi, ils n’auront pas de contravention.

A propos de l'auteur

La Rédaction