Nerd

Un Robot-Méduse à la puissance infinie

robojelly-virginia-tech

Si dans 20.000 lieues sous les mers le calamar géant s’en prend au Nautilus du Capitaine Nemo, dans le futur ce pourrait être une méduse qui sauvera un de ses collègues. Les chercheurs américains ont mis au point un robot des plus étonnants.

RoboJelly (« jellyfish » signifiant « méduse » en anglais, et plus littéralement « poisson-gelée ») s’inspire de la méduse pour bouger dans l’eau. Le mouvement est en effet extrêmement simple et est donc une aubaine pour les scientifiques qui peuvent le reproduire relativement aisément.

Une méduse bouge par la propulsion créée par la contraction de son « ombrelle » ; la reproduction de ce mouvement n’est absolument plus un problème technique. Mais RoboJelly est étonnant pour une raison beaucoup plus complexe.

RoboJelly a une puissance et une autonomie potentiellement infinie ! Non, ne vous inquiétez pas, Lavoisier n’est pas en train de se retourner dans sa tombe. Cela est possible grâce à la chimie, et plus spécialement à l’hydrolyse de l’eau. Le mouvement perpétuel n’est toujours pas à notre portée.

L’eau, composée d’oxygène et d’hydrogène, réagit au contact du platine dont est revêtu le robot ce qui produit de la chaleur. Cette chaleur est ensuite utilisée comme source d’énergie par RoboJelly.

«A notre connaissance, c’est la première fois qu’on réussit à alimenter un robot sous-marin avec de l’hydrogène ambiant comme source d’énergie», estime Yonas Tadesse, de l’Institut polytechnique de Virginie (Etats-Unis).

Ce système, qui se compose de matériaux à mémoire de forme, micro tubes de carbone et « noir de platine » permet à RoboJelly de puiser son énergie dans l’environnement même dans lequel il est sensé agir, ce qui lui permet une autonomie potentiellement illimitée.

Mais les ingénieurs de Virginia Tech se heurtent encore à quelques problèmes, notamment celui de la direction du robot.

 

A propos de l'auteur

La Rédaction