Ça transpire !

Premier marathon des JO 2012 : 12800 km pour la flamme olympique

Le-nageur-en-eau-libre-Spyros-Gianniotis-premier-relayeur-de-la-Flamme-olympique-

La flamme olympique a quitté ce vendredi la Grèce pour rejoindre la Grande-Bretagne, où un long périple l’attend jusqu’au 27 juillet, date du début des Jeux Olympiques.

La flamme a été à rallumée le 10 mai à Olympie, avant de suivre un premier périple à travers la Grèce, événement peu médiatisé en raison de la crise politique qui parcourt le pays. Il a fallu pas moins de 500 coureurs pour porter la flamme durant cette semaine.

Elle est ensuite montée à bord d’un airbus, direction la base aéronavale de Culdrose, dans le sud-ouest de l’Angleterre, pour commencer son voyage de soixante-dix jours dans les îles britanniques. Pas ailleurs, car les incidents lors des derniers JO de Pékin ont convaincu le CIO de ne plus organiser d’étapes internationales à ce parcours. Et ce sont la princesse Anne, fille de la reine Elizabeth, Sebastian Coe, président du comité d’organisation des JO, Boris Johnson, maire de Londres, et David Beckham qui ont eu l’honneur d’escorter la précieuse et symbolique flamme en Grande Bretagne.

Aussitôt allumée, aussitôt en route pour son point de départ au promontoire de Land’s End dans les Cornouailles, direction Plymouth pour sa première journée. Et c’est au navigateur Ben Ainslie d’être le premier porteur du flambeau, avant de le passer à la jeune surfeuse Anastassia Swallow, 18 ans. Ce relai prendra fin le 27 juillet, date où elle rejoindra la capitale pour l’ouverture des Jeux. Entre temps elle aura pu admirer le Loch Ness, le mont Snowdon au Pays de Galle, ou encore les îles anglo-normandes.

Londres a été élue le 6 juillet 2005 face à 4 autres villes pour recevoir les Jeux Olmpiques d’été de 2012. En cette période de crise économique, ils sont un tremplin pour relancer l’activité touristique et économique du pays : “C’est un moment fantastique pour nous, en particulier à un moment où il y a temps d’inquiétude et d’anxiété à propos de l’économie et d’autres choses” dit même le numéro deux du gouvernement britannique, Nick Clegg.

A propos de l'auteur

La Rédaction