Les buzz !

Mode d’emploi (malheureux) pour faire craquer les profs

profs

Cette rentrée scolaire enchaine les faits-divers en France d’agressions diverses à l’encontre des d’enseignants. L’autorité des responsables de l’éducation se fait clairement malmener. Retour rapide sur ces violences : gifles, coups de pied, coups de poing, bombes lacrymogène, battes de baseball et compagnie…

Ces violences se rapprochent de certains faits-divers aux Etats-Unis.

 

On se souvient du petit Marcel Pagnol, et de son admiration pour son père, maître d’école. Quelle autorité, quelle respect, quelle classe ! dans la « Gloire de mon père » pour cet instituteur modèle. Mais ce sont bien des temps révolus désormais. Aujourd’hui, on n’hésite plus à gifler, donner coups de pied et coups de poing, d’asperger de gaz lacrymo… ces pauvres enseignants.

Une enseignante s’est faite giflée et a reçu des coups de pied d’une mère d’élève au collège Jules-Verne de Buxerolles, près de Poitiers, le 12 septembre, en classe, devant ses élèves. Cette violence n’a été suivi ni de plainte ni d’exclusion. Dans ce même établissement, seulement quelques jours après, c’était au tour d’un prof d’EPS, qui recevait une gifle, cette fois-ci d’un élève de 4ème.

Hier, un professeur de mathématiques d’un lycée professionnel d’Amiens était agressé à coups de gaz lacrymogène, en pleine salle de classe.

Ces violences et agressions à l’encontre du corps enseignant revoient à cet article d’un enseignant américain qui expliquait à la presse le 15 septembre dernier pourquoi il avait décidé de démissionner à cause d’un jeune collégien. Ce dernier avait fait venir son père et oncles munis de battes de baseball pour intimider l’enseignant à la sortie de l’établissement…

A propos de l'auteur

La Rédaction