L'Echo

Moody’s baisse la note de la France

Moody's dégradation note

Déjà la semaine dernière, l’agence avait prévu de réévaluer la notation de la France. C’est chose faite. Lundi soir, l’agence de notation Moody’s a dégradé d’un cran la note française. Sous perspective négative depuis le retrait de son triple A en début d’année, Moody’s confirme la note de Standard & Poor’s, et donne AA1 à Paris.

Des « perspectives économiques de long terme affectées de manière négative par de multiples défis structurels » dont « une perte de compétitivité graduelle mais continue » et « des rigidités des marchés du travail, des biens et des services. » Voilà le tableau que dresse Moody’s.

Dans son rapport, l’agence américaine doute de la capacité de la France à résister à de futurs chocs dans la zone euro et évoque des « perspectives budgétaires incertaines en raison des perspectives économiques. »

Des réformes insuffisantes ?

Apparemment, les efforts faits par le gouvernement semblent peu convaincants pour Moody’s. Les réformes entreprises pour relancer la compétitivité en France constituent un « fort engagement en faveur des réformes structurelles et de la consolidation budgétaire », mais les mesures en faveur des entreprises et PME « ne devraient pas, seules, avoir l’ampleur suffisante pour rétablir la compétitivité. »

Pierre Moscovici, le ministre de l’Économie rappelle que la France reste bien notée et que cette dégradation était « une sanction de la gestion du passé. »

« Moody’s met à notre actif les réformes que nous avons engagées: le pacte de compétitivité, notre agenda de réforme, le redressement des comptes publics. » Reste que cette annonce est une mauvaise nouvelle, Paris faisait jusqu’à présent des économies sur la charge de la dette grâce à la faiblesse des taux et les agences étaient prêtes à donner davantage de temps au nouveau gouvernement de mener à bien leurs réformes.

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction