YOLO de W9 : Décryptage de l’échec annoncé d’une mauvaise idée mal gérée

Yolo-on-n-a-qu-une-vie-decouvrez-la-nouvelle-serie-de-W9-_portrait_w674

La nouvelle série de W9 a débarqué hier en fin d’après-midi et l’arrivée fut plus que remarquée. Sur les réseaux sociaux les commentaires foisonnent. Sauf que le succès n’est pas au rendez-vous, et pour cause : YOLO est la somme de ce qui se fait de pire à la télévision, tout cela mixé avec le puritanisme et le politiquement correct français.

Si vous aviez envie de découvrir la chose je vous conseille de lire ce qui suit avant. Après quoi vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu.

Curieux de cette nouvelle « télé-réalité » ou plutôt « scripted reality », je me suis penché hier sur le sujet en regardant le premier épisode de YOLO grâce au Replay de W9. Malheureusement je n’avais pas assez bu pour rire mais j’étais assez de bonne humeur pour pleurer. Mon cerveau, par contre, a fondu. Pratique pour la raclette façon Hannibal Lecter.

YOLO, qu’est-ce ? prenez 6 colocataires jeunes et un propriétaire de 39 ans en plein syndrome de Peter Pan, mettez-les dans un énorme appartement sur deux étages et filmez le tout. Une idée qui aurait pu être intéressante si elle avait été réalisée en Amérique. Mais ici on est en France, alors n’exagérons pas les dérives de la jeunesse. Il ne faudrait tout de même pas montrer le mauvais exemple.

Pourtant, le principe YOLO, qui signifie en anglais « You Only Live Once » (On ne vit qu’une fois), se prête à toutes les folies et le jingle de la série semble faire comprendre cela : « Si on n’est que de passage, à quoi bon être sage ? » Mais si on s’attend à du sexe, de la drogue, de l’alcool et de la pure folie façon « Skins », c’est raté. Mais pas raté de peu, l’idée n’a pas du passer par l’antichambre du cerveau des créateurs/scénaristes.

Le principal problème de cette série est sans doute que les dialogues sont improvisés par les acteurs qui ne sont pas particulièrement dignes d’un oscar. Du coup, entre incohérences et passages à vide, l’ensemble ressemble plus à du cubisme littéraire qu’à autre chose. S’il te plaît, Ô esprit de Picasso, ne viens pas me hanter pour cette phrase… Et le jeu des acteurs fait plus penser à un film pornographique qu’à autre chose. J’y ai vu une ressemblance avec “Porn Story”, si ce n’est que Porn Story avait un intérêt sexuel : les scènes de sexe. Là, on a l’impression que Marc Dorcel a décidé de se censurer lui-même.

Et l’histoire dans tout ça ? vous voulez vraiment en parler ? moi oui, c’est assez drôle au final.

Roxanne est la nouvelle colocataire invitée par Matt qui est son premier amour (un Dallas en puissance ?). Et Roxanne se fait de suite remarquer à deux reprises : au bout de vingt minutes avec des gens qu’elle ne connaît pas elle nous montre ses fesses pour montrer un tatouage. Petit détail important : elle porte alors un string jaune. Pourquoi est-ce important ? parce que moins d’une heure après avoir retrouvé son premier amour avec lequel elle n’a pas parlé depuis longtemps, elle se met en sous-vêtements pour de faire dessiner tout en prenant une pose digne d’une prostituée de luxe. Mais là, plus de string jaune : un beau complet rouge à pois blancs apparaît. Magie ou faux raccord ? le doute plane (un peu plus tard on remarquera d’ailleurs que le soutien-gorge de Roxanne a de nouveau changé de couleur pour devenir bleu…)

Remarquez bien que j’ai utilisé le mot « fesses » et non « cul » pour suivre la censure de l’émission. Car oui, nous avons même droit à des petits « biiiip » qui agrémentent et donne du piment aux conversations. Mais qui sont placés selon une logique qui m’échappe : « cul » est censuré mais « putain » et « baisodrome » non ? Il faudra que je téléphone à mes parents pour leur dire qu’ils m’ont mal éduqué !

Que pourrais-je dire d’autre ? je pourrais par exemple vous parler de la fête d’anniversaire organisée par l’ensemble des colocataires à l’attention d’Amel. Une fête qui a été organisée « depuis trois semaines » nous précise Sophie. Et quand elle nous dit cela, fâchée car Amel ne veut pas sortir à cause de la tension existante entre elle et Roxanne (forcément : Amel est amoureuse de Matt qui semble très intéressé par son premier amour Roxanne… l’imagination des scénaristes fait des miracles), on s’imagine à une grosse fête dans la lignée de Project X (puisqu’on attend toujours que le principe YOLO soit respecté).

Mais la fête en question est « YOLO » probablement chez les mormons puisqu’il s’agit de sortir dans un bar du coin (vide, d’ailleurs…) où les quatre mecs, comble de la sexualité, enlèvent leur t-shirt. Alcool ? peu ou prou… on suppose que le verre de Sophie est un cocktail fruité, mais on commence à avoir des doutes. Et Amel, dans toute sa crédibilité, nous confie alors que c’est une des plus belles soirées de sa vie, soirée dont elle se souviendra tout le temps, et que le vélo qu’on lui a offert est magnifique.

Et là, on repense à la chose et on se dit : ils ont un appartement qui doit bien faire 250m² et ils vont dans un bar pour fêter leur anniv ? les scénaristes ont-il seulement été jeunes un jour ?

Fin de soirée, on rentre tous à la maison. Et là nous avons droit au paroxysme du cliché… nous ne savons pas quelle heure il est mais on suppose, puisque nos héros on fait une virée en boîte, qu’il doit être environ 3 ou 4 heures du matin. Surtout que Joe, en bon père-coloc, demande aux jeunes de respecter les voisins et de ne pas faire de bruit. Petit message subliminal à l’attention des fêtards.

Fatigués de leur « grosse soirée de malades », ils se séparent quand Amel annonce qu’elle va se coucher. Fait très important : elle va se coucher juste avant que ne débarque, à l’improviste, la fille de Joe qui a, semble-t-il, fugué. Du coup, elle ne la voit pas arriver (et ne se pose même pas la question de savoir qui sonne à 4h du mat… d’ailleurs le fait ne semble pas choquer grand monde…).

Joe nous offre alors un petit clin d’œil à la sécurité routière en annonçant que comme il a « un peu bu » il ne va pas prendre la voiture pour raccompagner sa fille chez sa mère. Joe devient alors le Sam de la situation. Encore un clin d’œil très discret à l’attention de nos amis fêtards. « Boire ou conduire, il faut choisir ! mais où va dormir la fille de Joe ? « sur le canapé » dit le papa-coloc. Mais Matt profite de l’occasion pour offrir la chambre de Roxanne à la fugueuse et faire dormir Roxanne dans son lit. Cette dernière, en fille prude et honorable, accepte sans rechigner.

Et là l’épisode se clos sur la scène tragique d’Amel qui sort de sa chambre une fois que tout le monde est allé se coucher et qui voit dans le même lit Roxanne et Matt (mais qui ne sait pas que la fille de Joe est là et que du coup c’est par sympathie qu’ils dorment ensemble). Drame, fondu noir, générique.

Bref, cette série est une catastrophe visuelle. Et je comprends mieux pourquoi elle est interdite aux moins de 10 ans : ce n’est pas pour une question de propos extrêmes, mais car en dessous de 10 ans le visionnage de cette chose risquerait de leur causer des dégâts irréversibles au cerveau.