Les buzz !

Un parc créationniste sur le territoire de Mickey

parc-attraction-creationnisme-louisville-1440456-jpg_1323954

Darwin est mort, longue vie à Darwin. Dieu a créé l’homme, c’est la Genèse qui le dit, point barre. C’est ce que pensent les créationnistes. Et il ne s’agit pas que d’un courant minoritaire de fumeurs de papier Bible. Car il y en a bien assez pour que cela justifie la création d’un parc à thème : Ark Encounter (Rencontre avec l’Arche).

En Amérique, 46 % de la population pense que “Dieu a créé les êtres humains d’un coup, sous leur forme actuelle, il y a plus ou moins 10 000 ans”. Impossible de laisser filer une telle masse de consommateurs potentiels. Alors les évangélistes de Answers in Genesis (les réponses sont dans Bible) ont décidé de fonder un parc d’attraction. Exit Mickey, bonjour Moïse.

Le parc de 323 hectares devrait ouvrir en 2014, dans le Kentucky. Au programme : visite de l’arche de Noé et la Tour de Babel entre deux murs d’escalade, toboggans, tyroliennes, le tout dans un paysage de village pré-déluge où les maisons seront pleines de renseignements sur les créations de Dieu. On trouvera également une grande attraction sur les plaies infligées par le grand barbu en Egypte, à savoir l’invasion des sauterelles ou encore la rivière de sang « pour rappeler aux visiteurs que les vices ont un prix ». Grosse ambiance en perspective.

Pièce maîtresse du parc, l’Arche de Noé sera entièrement financée par les particuliers sur des plateformes de crowdfunding. Ainsi, chaque internaute pourra fournir un clou, une planche ou une poutre pour 100, 1 000 et 5 000 dollars. Oui, 100$ par clou.

Le nom du donateur sera ensuite gravé sur la pièce fournie (bon courage pour graver un nom sur un clou), et son patronyme sera visible sur l’Arche une fois que le parc sera ouvert au public. 24,5 millions sont nécessaires à l’accomplissement du projet, et presque 13 ont déjà été réunis.

Dans ce bon vieux Kentucky qui filait si bien le blues à ce bon Elvis, un musée du créationnisme existe déjà. L’ambiance y est aussi : entre une salle consacrée au jardin d’Éden et une autre aux “lézards missionnaires” (petit nom des dinosaures, qui auraient vécu en même temps que les humains avant le déluge), on peut trouver des rapports remettant en cause les travaux scientifiques des “évolutionnistes”.

Pour donner une idée de la future fréquentation du parc Ark Encounter, il faut savoir que le musée du créationnisme a réuni 404 000 personnes en 2011. Bientôt les versets de la Genèse auront remplacé « Ce rêve bleu ».

A propos de l'auteur

La Rédaction