What else ?

Pékin : un marathon sous haute pollution

Le marathon de Pékin en Chine se déroulait ce weekend dans des conditions assez déplorables pour les participants. Si la météo n’était pas particulièrement mauvaise pour l’événement, c’est le célèbre smog, un brouillard de pollution, qui a fait son apparition la matin de la course, obligeant certains coureurs à porter de masques de protection anti-pollution. Pas des plus pratiques lorsque l’on doit courir plus de 42 km !

En effet, alors que plus 25.000 coureurs se pressaient sur la ligne de départ, la qualité de l’air de la capitale chinoise se dégradait pour atteindre des niveaux de pollution quinze fois supérieur aux niveaux recommandés. Les particules fines PM2,5, qui peuvent pénétrer en profondeur dans les poumons, ont atteint des niveaux supérieurs à 400 microgrammes par m3 dans certains quartiers de Pékin. Le niveau maximum quotidien recommandé par l’Organisation mondiale de la santé est de 25.

Les organisateurs ont toutefois refusé de reporter la course prétextant que de nombreux coureurs venaient de loin et que du personnel médical avait été appelé en renfort. La course a donc été menée à son terme et fut remportée par l’Ethiopien Girmay Birhanu Gebru en un peu plus de deux heures et 10 minutes chez les hommes et par l’Ethiopienne Fatuma Sado Dergo en un peu de deux heures et demi.

Crédits photo: Pékin Marathon

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction