What else ?

Greenpeace : action choc sur le site sacré de Nazca

Une action de Greenpeace pourrait avoir endommagée le site sacré de Nazca au Pérou. Les activistes écologiques ont en effet foulé le sol de ce site interdit d’accès pour y inscrire un message à l’intention des participants à la Conférence internationale sur le climat qui se déroulait à Lima du 9 au 12 décembre.

Les militants de Greenpace souhaitaient attirer l’attention sur les enjeux de la conférence en entrant sur le site des géoglyphes de Nazca. Leur message, en grands caractères de tissu jaune, “Time for Change : The future is renewable” (Temps pour le changement : l’avenir est renouvelable) s’adressaient à l’ensemble des pays participants aux négociations de la Conférence internationale sur le climat.

Cependant, l’acte de l’organisation écologique est vu au Pérou comme une profanation. Le site vieux de plus de 2000 ans, est en effet interdit d’accès, seul son survol est autorisé pour les touristes. The Guardian rappelle que les géoglyphes de Nazca sont des tracés sur le sol, à grande échelle, représentant un colibri géant, ayant une valeur rituelle liée à l’astronomie.

Le gouvernement péruviens pense poursuivre en justice l’association, estimant qu’elle a “altéré de manière indélébile” le site de Nazca. Le vice-ministre de la Culture a informé la BBC : “Si vous marchez sur ce site, votre empreinte va durer des centaines voire des milliers d’années”, puisque le site est composé de roches noires sur un fond blanc. Selon l’Associated Press, cette action pourrait avoir endommagé le site péruvien de façon irrémédiable.

Suite à ces événements, Greenpace s’est excusé d’avoir heurté la population péruvienne et s’est engagé à aider le gouvernement dans l’étude des dommages causés au site. Son directeur exécutif Kumi Naidoo devrait d’ailleurs se rendre très prochainement à Lima pour rencontrer le gouvernement.

Crédits photo : BjarteSorensen

A propos de l'auteur

La Rédaction