Poli-tic

La victoire sans surprise de Netanyahu sous fond de pression

Le premier ministre sortant Benjamin Netanyahu est sorti vainqueur aux élections législatives en Israël, mais cette victoire est mise sous pression des Occidentaux et des États-Unis, pour renoncer à ses promesses de campagne « radicales sur le conflit avec les Palestiniens ».
Benjamin Netanyahu avait été félicité par la Maison Blanche, et par les Occidentaux sans trop d’enthousiasmes. Les Européens attendent surtout à ce que Netanyahu relance les dialogues sur les processus de paix, afin d’aboutir à un accord sur la base de deux États, palestinien et israélien, alors qu’Israël avait déjà enterré l’idée de la création d’un État palestinien, tant que Benjamin Netanyahu reste au pouvoir.
Donnée battue par les sondages, Benjamin Netanyahu a obtenu une victoire éclatante, aux élections. Cette victoire démontre encore une fois la capacité du premier ministre, de nager à contre-courant et de briguer un quatrième mandat.
La communauté internationale et les États-Unis vont alors continuer les discussions a priori avec un chef de gouvernement dont leurs relations se sont fortement dégradées. Ce qui ne faciliterait pas les pourparlers sur la question palestinienne.
John Kerry avait félicité le premier ministre en premier, et Barack Obama le fera surement dans les prochains jours. Rappelons que M. Netanyahu avait fustigé et défié le président des États unis en acceptant les invitations des républicains, et ayant sévèrement critiqué l’accord nucléaire iranien. Mais M. Obama « continue de penser qu’une solution à deux États est la meilleure façon de répondre aux tensions  » a expliqué le porte-parole de l’exécutif américain.
Les Européens sont de même avis que les États unis, à commencer par le Royaume unis par le biais du premier ministre Britannique David Cameron et souhaite « voir une solution à deux États « . Les français, par le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius appelle Israël à la « responsabilité » et soutient la création d’un État palestinien.
Quant au chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini, il appelle à toutes les parties à « relancer les négociations de paix  » pour parvenir à « une solution à deux États  » sur la crise israélo-palestinienne, lors d’une conversation téléphonique avec M. Netanyahu.
De son côté, la présidence palestinienne se dit être prête à coopérer avec « tout gouvernement israélien  » qui acceptera la création d’un État palestinien.
Le futur Premier ministre Netanyahu « a l’intention d’achever la formation du gouvernement dans un délai de deux à trois semaines « , et ont déjà commencé les consultations.

A propos de l'auteur

Stephanie Dumont