Non classé

Cancer : l’immunothérapie peut-être une solution

D’habitude, les chercheurs ne sont pas vraiment enthousiastes à l’idée d’une nouveauté en médecine.  Cela ne sera pas pareil pour l’immunothérapie qui sera présentée au congrès de l’ASCO, le grand rassemblement annuel de l’oncologie mondiale a lieu actuellement aux États-Unis.

« Traitement de rupture », « grand optimisme », « très excitant »… Les critères de qualification qui sont utilisés pour décrire le traitement sont nombreux. Selon les experts et le comité organisateur, l’immunothérapie offre un véritable espoir pour les malades du cancer métastasés auxquels les médecins n’ont pas pu trouver une solution pour prolonger la vie de leurs patients ne serait-ce que de quelques mois.

L’immunothérapie intervient sur le système immunitaire du malade, en agissant sur le mécanisme de défense de la tumeur qui bloque les lymphocytes. « Contrairement aux thérapies ciblées dont le mécanisme d’action finit, avec le temps, par être contourné par la tumeur, le potentiel d’action de l’immunothérapie semble inépuisable », avait déclaré Jérôme Viguier, directeur du pôle santé publique et soins de l’institut national du Cancer.

Le traitement est efficace même sur  un cancer métastasé assez évolué. Le Dr Caroline Robert, chef de service de dermatologie de l’Institut Gustave-Rossy a mené des essais cliniques à ce sujet depuis des mois. « Avec mes collaborateurs internationaux, nous avons montré que l’immunothérapie induit une meilleure réponse que la chimiothérapie et que les nouvelles immunothérapies anti-PD1 comme le nivolumab et le pembrolizumab donnent des résultats encore meilleurs que la première génération, l’ipilimumab, avec une survie moyenne de deux ans. »  “Grâce à ces traitements, certains patients sont même en rémission complète depuis plusieurs années” ajoute-t-elle ensuite.

Le traitement aussi efficace contre le cancer de poumon le plus fréquent appelé “non à petites cellules”. Un essai clinique a été effectué ce samedi à Chicago. Certains patients ayant reçu le traitement de nivolumab ont eu un prolongement de vie de 27% par rapport  à ceux qui ont suivi le traitement usuel. Chez certains patients, le prolongement de vie était même de 41 à 60%.

Crédit photo: cherylholt/Pixabay.com

A propos de l'auteur

Stephanie Dumont