L'Echo

L’accord n’a pas suffi à calmer la colère des agriculteurs

Les éleveurs n’ont pas assez confiance à l’accord qu’ils ont conclu avec le gouvernement et continuent leurs actions en Ariège, le Lot, le Calvados et le Morbihan.

Accord ou pas, les éleveurs sont toujours en colère et continuent leur manifestation. Certains avaient encore continué les mobilisations malgré les compromis qu’ils ont trouvés avec le gouvernement concernant les prix. Des actions ayant pour cible les supermarchés avaient eu lieu dans le sud-ouest de la France et presque dans le reste du pays.

Devant ces manifestations, le président de la FNSEA, Xavier Beulin avaient demandé aux éleveurs de faire prendre des mesures dans leurs actions sur le terrain. “Je comprends et je vis l’exaspération des éleveurs qui souffrent, mais je leur demande dans les nouvelles actions syndicales qu’ils entreprennent de respecter les biens et les personnes”, a-t-il déclaré.

Dans l’Ariège, les agriculteurs avaient brulé des balles de pailles et des pneus sur un rond-point à l’entrée de Pamiers, à quelques pas de Leclerc et Intermarché.

Des barrages de tracteurs ont également été installés dans matinée et des fumiers ont été déversés aux alentours des grandes surfaces, des gestes qui s’ajoutent à la pagaille qui envahit déjà les routes de France durant le week-end. “Ça ralentit, mais ça ne bloque pas. C’est une action symbolique”, avait déclaré Rémi Toulis, secrétaire général de la FDSA du département. Les éleveurs ont également distribué des tracts pour accuser les prix du lait et de la viande de porc et de bœuf, qu’ils jugent trop bas.

Des contrôles effectués dans les autres grandes surfaces ont permis de découvrir que certains d’entre eux commercialisent “beaucoup de viande en provenance des Pays-Bas, Nouvelle-Zélande et un peu d’Espagne” comme chez LIDL et Leader Price, selon les déclarations de Rémi Toulis, secrétaire général de la FDSEA Ariège. Plusieurs chariots de viande étaient destinés aux Restos du cœur.

L’échangeur 6 de la RN 20 a été fermé temporairement avait écrit Bison Fûté. D’autres agriculteurs ont même exigé des péages gratuits avant d’entreprendre les actions devant les grandes surfaces à l’extérieur de Cahors. La circulation a été ralentie sur une quinzaine de kilomètres d’autoroutes par des tracteurs, entre Souillac et Gignac, et un péage gratuit a été ouverte à Gignac avait annoncé Alain Arcoutel, membre du bureau de péage de Gignac à l’AFP. Ils ont également distribué des tracts mentionnant “manger français” et rappelant les nouveaux engagements pris cette semaine.

crédit photo: HebiFot

A propos de l'auteur

Stephanie Dumont