La Française des jeux “mise gros” sur le numérique

La Française des jeux a dévoilé son plan stratégique “FDJ 2020”. Celui-ci précise les objectifs de la Française des jeux. La priorité se porte sur le numérique, la FDJ veut multiplier par quatre ses ventes digitales d’ici à 2020, pour les porter à 20 % du chiffre d’affaires.

500 millions d’euros vont être investis en cinq ans, car la société doit impérativement se renouveler pour garder et conquérir une clientèle qui a de nouvelles attentes surtout chez les moins de trente ans. La FDJ va faire de nouvelles offres, avec des jeux plus axés sur le divertissement et la tactique. Des jeux à gratter par exemple, pourront être démarrés chez le détaillant avant de se poursuivre sur une tablette ou un smartphone.

“En 2020, 10 % de notre chiffre d’affaires doit être fait avec des jeux qui n’existent pas aujourd’hui”, affirme sa nouvelle présidente Stéphane Pallez.

Pour l’État, l’enjeu est particulièrement sensible. D’abord parce qu’il est actionnaire de l’entreprise, à hauteur de 72 %, à côté des associations de blessés de guerre et des salariés. Quand un joueur mise 10 €, l’État en récupère 2 € en taxes diverses. La FDJ contribue à elle seule à 1 % du budget de l’État. Elle est de plus le premier sponsor du sport français dont elle assure 80 % des recettes.

Les détaillants représentent toujours 95 % des ventes de l’entreprise, mais en l’espace de quinze ans, la FDJ a perdu plus de 10 % de son réseau surtout dans les zones rurales. D’où l’idée évoquée aujourd’hui de se tourner vers d’autres commerces comme les stations-service ou les boulangeries.

Crédit photo : Christophe Rouanet