Oklahoma, les enseignants font eux aussi la grève pour obtenir plus de moyens

Les Français, ont la réputation d’être les champions en matière de grèves, nous ne sommes tout de même pas les seuls à y avoir recours. Même l’Amérique de Donald Trump génère des grèves. Si elles n’ont pas l’ampleur des nôtres, elles restent le témoignage de situations parfois surprenantes en matière d’éducation.

Ainsi des milliers d’enseignants de l’école publique, soutenus par des collégiens, lycéens et parents, ont manifesté mercredi pour la troisième journée devant le Parlement de la capitale de l’Oklahoma. Il faut dire, qu’ils ont de quoi être mécontents de leurs sorts.

Les professeurs de cet État rural, sont parmi les moins bien payés du pays, avec des salaires démarrant autour de 25 000 euros annuel avec lesquels ils doivent payer des impôts et les fameuses et coûteuses assurances-maladie.

Pour survivre, beaucoup doivent cumuler les petits boulots, le soir, le week-end ou pendant leurs vacances d’été. Du coup, il n’est pas rare de voir des enseignants être aussi jardiniers, femmes de ménage, chauffeurs d’Uber, vendeurs de supermarchés, serveurs, et même employés de zoo.

A cela, il faut ajouter des conditions matérielles parfois plus que déplorable. Par exemple, une salle de classe inondée et tout son matériel bon à jeter, à cause de la rupture des canalisations pendant l’hiver rigoureux en Oklahoma. La direction avait coupé le chauffage pour faire des économies. On peut aussi évoquer, des classes surchargées de 40 élèves, dont une partie doit s’asseoir par terre par manque de pupitre. Pas assez de manuels scolaires et des professeurs ou des élèves qui doivent payer les photocopies.

Le mouvement dépasse le cadre de l’Oklahoma, et des grèves d’enseignants similaires ont surgi à d’autres endroits. Preuve, que le problème n’est pas seulement local. Au départ, l’idée annoncée était de faire la chasse à d’éventuels gaspillages des fonds publics. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Maintenant, certains y voient plus simplement une attaque de l’administration du président républicain Donald Trump, contre l’école publique. La ministre de l’Éducation Betsy DeVos, a pris des positions controversées en faveur des écoles privées, et celles bénéficiant d’une gestion autonome.

M. Cagle, l’un des meneurs des manifestations explique, “la Virginie-Occidentale, l’Arizona, le Kentucky et l’Oklahoma sont des États conservateurs. Il y a ici un soutien important à Donald Trump, mais les gens ne veulent pas non plus que le système scolaire soit anéanti“.

Un panneau de Mark Lienney 57 ans, qui participe à la manifestation, résume bien la situation, il y est écrit “j’aurais mieux fait d’être cowboy“.

Crédit photo : Kool Cats Photography