La Corée du Nord se met à l’heure de la Corée du Sud

Parmi les mesures prises par Pyongyang, censé être des signes de bonne volonté et de détente, certaines apparaissent plus anecdotiques et surtout symboliques. Parmi elles, la décision par la Corée du Nord de changer de fuseau horaire pour afficher la même heure que celle du voisin du Sud. Ne nous y trompons pas, loin d’être complètement anodine, l’utilisation des fuseaux horaires est un outil important de politique intérieure et extérieure.

Les habitants du pays de Kim Jong-un ont avancé d’une demi-heure leurs montres, pour passer à l’heure de Séoul. Le pays va s’aligner avec le Sud et surtout avec le Japon, trois ans après avoir imposé ce décalage, justement pour prendre de la distance avec l’heure japonaise “impérialiste”.

Ce qui arrive en Corée, la France l’a d’une certaine manière connue au tout début de l’Occupation de 1940. Les Allemands imposent l’heure d’été allemande en France, à savoir un décalage d’une heure par rapport à Paris, qui se retrouve donc décalée vis-à-vis de Vichy et la zone libre. Face aux différents problèmes que cela pose, Vichy s’alignera sur l’heure d’été allemande en 1941 jusqu’à la Libération. Il faudra le rétablissement de l’heure d’été en 1976 par Valéry Giscard d’Estaing, pour retrouver la situation horaire de l’occupation.

Il faut aussi penser aux immenses pays comme la Russie qui s’étend sur 11 fuseaux horaires. En éliminer quelques uns, permet en quelque sorte de limiter les différences et rapprocher les habitants. C’est ce que le président Dmitri Medvedev, a essayé de faire en 2010, en passant à neuf fuseaux. Cela a provoqué une vague de mécontentement et le projet a été abandonné.

A ce jeu-là, la Chine est imbattable, car malgré l’étendue du territoire, tout le monde est sur le même fuseau horaire. Concrètement, pour les habitants, les plus à l’Ouest, le soleil se lève et se couche cinq heures plus tard que pour ceux de l’Est. Voilà qui en dit long sur la puissance du pouvoir étatique qui peut imposer cela à long terme.

Deux cas particuliers, l’Antarctique et l’Arctique sont situés aux pôles, et donc techniquement, sur aucun fuseau horaire géographique. De manière très pragmatique, les stations scientifiques se calent sur le fuseau horaire de leur base de ravitaillement.

Pour finir, concernant les territoires sans base scientifique près du pôle Nord, on utilise généralement le fuseau horaire GMT+0. Il est vrai, que de toute façon la notion de temps apparaît beaucoup plus relative.

Crédit photo : beatrice chapillon