De bonnes nouvelles du recyclage des médicaments

L’association Cyclamed explique, que de moins en moins de médicaments non utilisés sont rapportés en pharmacie pour être recyclés. Cependant, la raison évoquée par l’association est plutôt positive, car pour elle cela signifie tout simplement moins de prescriptions en amont et moins de gâchis.

Vous connaissez certainement Cyclamed, c’est une association française créée en 1993. Elle a pour but, de collecter les médicaments non utilisés rapportés par les particuliers en pharmacie. Elle est donc parfaitement placée, pour confirmer qu’une tendance intéressante se dessine. Depuis que Cyclamed évalue la quantité de vieux médicaments qui traînent dans les armoires à pharmacie des Français ou ailleurs depuis 2010, elle constate “une diminution régulière”. Les derniers chiffres de 2017, font état de 11 083 tonnes collectées en France, soit 6,7 % de moins qu’en 2016, a indiqué l’association. Cela correspond à 614 grammes par ménage aujourd’hui, contre 672 en 2016, et 878 en 2010, d’après une enquête de l’institut CSA.

Toutes les données et tous les chiffres vont dans le même sens. Par exemple l’association précise, “nous sommes passés de plus de 50 boîtes de médicaments par an et par habitant en 2005 à environ 42 boîtes en 2017″. C’est d’autant plus remarquable, que dans le même temps l’accroissement et le vieillissement de la population continue.

Les raisons de ces bons résultats sont multiples, une rigueur accrue des médecins, qui prescrivent moins et de manière plus précise des quantités mieux individualisées. Les patients qui suivent certainement plus rigoureusement leur traitement. A cela, il faut ajouter le recours à des traitements qui utilisent moins ou pas de médicaments, comme certaines médecines alternatives.

Par contre, Cyclamed fait état de bons résultats et de l’acquisition de nombreux réflexes, comme jeter à part l’emballage en carton et la notice en papier. Il faut insister sur la nécessité de maintenir la pression, pour non seulement confirmer cette bonne tendance, et ainsi accentuer une prise de conscience plus forte de tous.

Crédit photo : Leonard Paguia