Emploi : ça bosse chez “les anciens”

Relevons la tête, alors que souvent, on nous pousse vers la sortie et que les réflexions douteuses fusent à l’approche de la soixantaine, une étude de l’Insee, démontrent que le taux d’emploi des seniors a augmenté sur la dernière décennie. Il est vrai, que de multiples réformes du système de retraite français, ont poussé de nombreuses personnes à la reprise d’activité.

Les chiffres sont clairs, le taux d’emploi global des 50-64 ans a progressé de 8,2 points entre 2007 et 2017, atteignant 61,5 %. Une hausse d’autant plus importante, que dans le même temps et sous l’effet de la crise économique et de la montée du chômage le taux d’emploi global a reculé en France.

En détaillant un peu, on peut tout de même se rendre compte que des disparités apparaissent surtout si l’on compare avec nos voisins européens. Le taux d’emploi des 55-59 ans est dans la moyenne européenne avec environ 70 % d’actifs. Par contre, les 60-64 ans sont bien moins employés, que dans le reste de l’Union, avec 29,2 %, contre environ 40 % pour les Européens. Il est donc plus concevable qu’une augmentation se fasse dans cette tranche d’âge. A noter au passage, que la différence est plus marquée pour les hommes seniors, que pour les femmes seniors françaises.

On peut voir dans ces résultats, les effets de différentes réformes. Elles ont plus aidé les sexagénaires qui auraient bénéficié de retraites anticipées, pour reprendre une activité même à temps partiel, que les quinquagénaires pour poursuivre leur activité ou se remettre au travail. On peut donc noter, que cela ne constitue pas vraiment une réduction du chômage.

Cela confirme aussi, que le chômage reste moins élevé chez les seniors que dans les autres classes d’âge (6,4 %, contre 9,2 % au niveau national). Cependant, il faut pour avoir plus de chances de trouver du travail, attendre de se retrouver dans un cadre précis pour profiter de dispositions particulières.

L’institut peut donc en conclure, que ce sont les réformes du système de retraite français, qui ont porté la reprise d’activité, avec ces effets positifs et négatifs.

Crédit photo : xavier Desmier