Rio, capitale des mathématiques

Il semblerait, que cela devienne une habitude pour le Brésil de recevoir les « grands » de ce monde. En effet, lors des JO de 2016, le brésil a vu les plus grands sportifs de la planète fouler son sol. Pour rester dans cette optique, un congrès a été organisé à Rio de Janeiro du 1er au 9 août, à l’issue duquel sont décernées les médailles Fields. D’ailleurs, deux à quatre médailles sont remises, lors de la cérémonie d’ouverture.

Le Congrès International des Mathématiciens, qui a lieu tous les quatre ans depuis la fin du XIXe siècle, sera pour la première fois, organisé en Amérique latine. “Quand la première édition a eu lieu en 1897, il n’y avait pratiquement pas de mathématiques au Brésil. Le fait qu’on nous confie l’organisation du congrès permet de mesurer tout le chemin parcouru”, se félicite Marcelo Viana, responsable du comité organisateur et directeur de l’Institut de mathématiques pures et appliquées (Impa).

De grands noms se sont succédé dans cet institut basé à Rio de Janeiro, notamment Artur Avila, Lauréat de la médaille Fields en 2014, qui partage son temps entre le Brésil et la France, où il est directeur de recherche au CNRS. Parmi les chercheurs de l’Impa, on peut citer par exemple, Manfredo do Carmo, reconnu pour ses travaux en géométrie différentielle, Carlos Gustavo Moreira, qui travaille entre autres sur les systèmes dynamiques.

Le Brésil est devenu en janvier dernier, le 11e membre du très sélect groupe 5 de l’Union Mathématique Internationale (IMU), qui rassemble les pays à la pointe de la recherche comme la France, les Etats-Unis ou la Chine. Cependant, un écart s’est creusé, car même si le Brésil est arrivé à la pointe de la recherche, il n’en est pas de même pour l’enseignement des mathématiques dans les écoles, qui reste déplorable.

L’Institut Serrapilheira, association civile sans but lucratif, qui soutient la recherche mathématique au Brésil, a financé la participation au congrès, de 19 mathématiciennes dont deux, sont originaires de tribus indiennes au congrès. Le but étant bien sûr, de rendre les mathématiques plus accessibles au public. Le directeur de l’Impa souligne, “normalement, on nous demande d’organiser des conférences au langage plus accessible, qui puisse être compris par tous les mathématiciens. Mais nous avons été plus loin en imposant que ces conférences soient aussi compréhensibles pour des enfants”.

Durant le congrès, de nombreuses animations sont destinées au grand public, car comme le précise si bien Marcelo Viana, ” le congrès est un prétexte pour populariser les mathématiques chez les jeunes “.

Crédit photo : OneTwoTrip Travel Expert