France : les dépenses de santé représentent 3 000 euros par habitant chaque année

Bien souvent, le débat sur les dépenses de santé reste d’ordre idéologique et l’on oublie les sommes concernées. Pour faire simple, la France dépense 3 000 euros par habitant chaque année. Ces dépenses sont en augmentation du fait du vieillissement de la population et de l’explosion des maladies chroniques. Une étude publiée par le ministère affirme, que la France se retrouve parmi les pays de l’Union européenne où la dépense de santé est la plus élevée en part de PIB.

Bien sûr, cette étude ne tombe par hasard, nous somme en pleine préparation du budget de la Sécu 2019, et le président de la République doit annoncer un plan de transformation du système de santé. Celui-ci prévoit un effort supplémentaire de 200 millions d’euros l’an prochain, sur un montant total des dépenses de santé, qui frôle les 200 milliards d’euros.

L’étude menée par la Drees, le service des statistiques du ministère de la Santé, indique donc précisément que la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) s’élèvent ainsi à 2 977 euros par habitant, soit au total 199,3 milliards d’euros en 2017 (8,7 % du PIB). Cette consommation se décline en 92,8 milliards d’euros de soins hospitaliers, 53,4 milliards d’euros de soins de villes, 15,5 milliards pour les médicaments délivrés en ville, et les autres biens médicaux, comme les transports sanitaires, l’optique, représentent 5 milliards d’euros.

Voilà, pour les chiffres bruts, il est noté que la tendance s’inverse et qu’un effort a été réalisé, car les dépenses de soins ont augmenté de 1,3 % en 2017, une progression “historiquement basse”. L’explication se retrouve “en raison du fort ralentissement des soins hospitaliers“, explique le service des statistiques du ministère de la Santé.

C’est évidemment la Sécurité sociale, qui prend en charge la plus grosse partie de ces dépenses, soit 77,8 %. Viennent ensuite, les organismes complémentaires comme les mutuelles, les institutions de prévoyance et les sociétés d’assurances qui paient 13,2 % du total.

Finalement, selon l’étude, 7,5 % de la dépense de santé restent à la charge des ménages en 2017, ce qui est faible au regard des autres pays de l’OCDE.

Facile de deviner ou le gouvernement veut en venir en mettant en évidence et en parallèle deux faits difficiles à assumer financièrement pour un Etat. D’une part, la France fait partie des pays de l’Union européenne où la dépense courante de santé est la plus élevée. D’autre part, la France est le pays où les habitants ont le moins à dépenser pour leurs santé.

Il est clair, que l’équation va rapidement tourner autour de moins de remboursement. Cela va permettre d’une part, de réduire mécaniquement les dépenses de l’Etat en matière de santé. D’autre part, peut-être même imaginer réduire les dépenses de santé des Français, en se disant que si certains doivent plus payer leurs médicaments, ils s’en passeront…et peut-être même qu’ils seront miraculeusement moins malades.

Une sorte d’effet placebo, à grande échelle en quelque sorte.

Crédit photo : msamsa7373