Quand Monsanto invente des groupes d’agriculteurs

Quand il y a beaucoup d’argent en jeu, on sait hélas que tous les coups tordus sont imaginés et mis en place. Nous ne sommes donc pas vraiment surpris, lorsque Greenpeace et le journal britannique ” The independent ” révèlent que Monsanto aurait créé des groupes de faux agriculteurs, pour défendre le glyphosate.

Le glyphosate, est sous le feu des projecteurs. Il est une des cibles prioritaires des défenseurs de la nature. Ses dangers sont de plus en plus mis en évidence par de nombreuses études, qui s’accumulent. Cependant, malgré les inquiétudes qui grondent un peu partout, il apparaît toujours aussi difficile de le faire interdire une bonne fois pour toute.

Il faut dire, que le produit-phare de la firme Monsanto, a les moyens de se défendre. Tout d’abord, des moyens financiers considérables, qui entretiennent une puissance de lobbying impressionnante. Il a aussi ses ardents défenseurs dans le monde agricole.

Justement, quand ces ardents défenseurs manquent à l’appel, Monsanto les créé tout simplement. Ce serait une pratique en vigueur dans sept pays. La France fait partie des heureux élus et le groupe s’appelle « Agriculture et Liberté ». Ils se définissent comme  « un groupe d’agriculteurs français unis pour protéger notre mode de vie et nos moyens de subsistance ».

Ce groupe était présent au dernier salon de l’agriculture, avec un stand uniquement tenu par de charmantes hôtesses. Aucune trace d’agriculteurs parmi les fondateurs d’Agriculture et Liberté.

En réalité, derrière cette organisation, se cache à peine l’entreprise Red Flag Consulting, qui aurait été chargée par Monsanto de défendre ses intérêts. Ce sont, les mêmes, qui travailleraient aussi pour l’industrie du tabac.

Ces faux agriculteurs, sont loin de se départir quand on les interroge sur le fond de leurs démarches. L’organisation fait remarquer, que nulle part, il est fait mention qu’ils étaient des paysans et ils assurent tranquillement « n’avoir jamais prétendu être un groupe de fermiers ». Leurs vénérables intentions sont justes de vouloir rétablir la vérité sur le glyphosate. Ce n’est qu’après avoir entendu leurs arguments, qu’en leurs âmes et conscience, certains « agriculteurs ont ensuite fait entendre leur propre voix » en faveur du glyphosate, bien sûr.

Crédit photo : akshay-chauhan