“Gilets jaunes” : un scénario idéal pour les chaînes d’information en continu

Le mouvement des gilets jaunes, est assez inédit dans sa configuration et surtout son organisation. Celle-ci, tient beaucoup aux réseaux sociaux dont paradoxalement, ils se veulent méfiants. Ce n’est pas le seul paradoxe de cette agitation. On peut mettre en évidence les bons chiffres des médias d’information, qui eux aussi sont pourtant régulièrement pris pour cible par le mouvement.

Les chaînes d’information en continu se délectent de tout cet éparpillement de faits divers dans tout l’hexagone. Pas une seconde, sans qu’il se passe quelque chose et lorsqu’il ne se passe rien, les fakes news, souvent créés par des sites alternatifs prennent le relais et en quelque sorte leur mâchent le travail. Les chaînes d’information en continu règnent en maître et battent des records d’audience. A ce jeu, BFMTV reste leader et a atteint 10,9 % d’audience, cela représente 20 millions de curieux et donc obligatoirement certains sont les mêmes que ceux qui vont vomir plus loin leur dégoût de BFM.

Elle n’est pas la seule à profiter de la tournure des événements, et toutes les autres chaînes d’info ont connu une nouvelle journée de folie. CNews, a grimpé à 4,1 % d’audience établissant un nouveau record. LCI, n’est pas en reste avec 3,5 % d’audience, là encore nouveau record et Franceinfo, avec 1,8 %, était également au sommet.

Les JT traditionnels ne sont pas en reste, car les Français n’ont pas oublié les deux grandes messes d’info des JT. Le 13 heures de TF1, a réussi à rassembler 6 millions de téléspectateurs et 35 % de part d’audience loin devant celui de France 2.

Paradoxe donc, lorsque l’on regarde les bons chiffres des médias d’information qui tirent habilement profit d’une agitation qui est censé les dénoncer. Attention, car un paradoxe peut en cacher un autre, Amazon affiche de très bons chiffres à l’approche de Noel. Ce symbole de la mondialisation, tant redouté par nos “gilets jaunes” peut être ravi. Il profite de l’occupation de l’espace public, qui gêne l’accès des petits commerces et pousse chacun à acheter en ligne.

Crédit photo: Laura lee Moreau