Affaire de la sextape de Valbuena : la suite, mais pas encore la fin

On pourrait presque dire et pendant ce temps-là ! En effet, on a coutume de constater, que le temps de la justice et le temps médiatique ne sont pas les mêmes. S’il y a bien longtemps que l’on a oublié l’histoire de la sextape Valbuena, de son côté l’enquête continue et prend de drôles de sentiers. Dernièrement, c’est un policier qui est soupçonné d’avoir joué les intermédiaires.

Malgré, ce que l’on peut souvent dire, la justice est patiente et parfois elle n’épargne personne. A la suite d’une plainte portée contre un officier de police de la Brigade de répression du banditisme de Versailles, celui-ci se retrouve accusé de “faux et usage de faux”. C’est dans ce cadre, qu’il a été entendu jeudi par l’IGPN.

Pour l’instant, ce sont six personnes, qui sont mises en examen pour chantage et association de malfaiteurs, parmi lesquelles l’attaquant du Real Madrid Karim Benzema et l’ancien international Djibril Cissé. Les accusations concernent aussi Mustapha Zouaoui et Axel Angot. Les deux hommes naviguent dans un milieu du football visiblement pas toujours fréquentable. Ce sont eux, qui sont soupçonnés d’avoir dérobé la vidéo intime du joueur de Fenerbahçe. Ils auraient alors tenté de contacter Valbuena par le biais de Djibril Cissé, puis de Younes Houass. Les deux hommes avaient finalement approché Valbuena grâce à Benzema en le contactant via un ami d’enfance, lui aussi mit en examen.

Officiellement, M. Houass est un entrepreneur de 35 ans gravitant dans le milieu du football professionnel. Celui-ci, est bien décidé à se défendre et ne pas se retrouver le seul à véritablement payer pour les autres. Il a porté plainte contre le commissaire, en l’accusant d’avoir utilisé à son détriment un SMS, et d’avoir indiqué une fausse date concernant l’envoi de ce message.

Son avocat Me Bolaky, indique “il y a des contradictions manifestes dans les procès-verbaux des enquêteurs”.

La question maintenant est de savoir, si de rebondissements en nouveautés, l’enquête s’arrêtera un jour. A ce sujet, la Cour de cassation doit se prononcer dans les mois à venir sur cette affaire. La Cour d’appel de Paris, a rejeté en novembre dernier une requête en nullité initiée par la défense de Karim Benzema. Celle-ci, considère que les agissements sous couverture du policier infiltré, ont constitué une incitation à l’infraction.

Visiblement, parfois la justice des hommes et à l’instar de la justice divine, intemporelle et impénétrable.

Crédit photo : Michael Coghlan