Australie : le camp de rétention de réfugiés de l’île Christmas de nouveau ouvert

Ouvert, fermé, de nouveau ouvert, la réouverture du camp de migrants australiens se situant sur l’île Christmas, est révélatrice, que l’accueil des migrants pose de nombreuses questions sur tous les continents. En Australie donc, c’est une ligne dure qui a été choisie par le Premier ministre. Le camp en question, avait été fermé en octobre, car il avait été le théâtre d’une vague de suicides et de nombreuses émeutes.

L’île Christmas, se trouve à 2 300 kilomètres au Nord-ouest de Perth, capitale de l’État d’Australie-occidentale. Ce camp, ouvert en 2008, avait suscité de vives critiques sur les conditions de détention de la part de la communauté internationale. Le Premier ministre australien conservateur Scott Morrison du Liberal Party, avait présenté la fermeture de ce camp, comme le symbole et la conséquence de l’efficacité de sa politique migratoire très strict en amont.

Depuis, que cet adepte de la tolérance zéro en matière d’immigration, qui se sent proche de Donald Trump, est entré en 2013 au gouvernement au poste de ministre de l’Immigration et de la Protection des frontières, les autorités australiennes forcent depuis lors, les bateaux de clandestins à rebrousser chemin. L’Australie, sous-traite à des États tiers la gestion des demandeurs d’asile jusqu’à ce que leur dossier soit examiné. Cette politique a effectivement réduit considérablement le nombre de clandestins atteignant les côtes australiennes.

Canberra justifie sa politique contre les migrants par la nécessité de lutter contre les gangs de passeurs et de dissuader ceux tentant la périlleuse traversée vers l’Australie. Cependant, elle n’a pas évité de nombreux drames et elle a divisé la société civile, elle a attiré les critiques de la communauté internationale envers Canberra. De fait, l’opposition travailliste est parvenue avec l’aide des indépendants, à faire passer à la Chambre des représentants, par 75 voix contre 74, une loi qui assouplit ces mesures d’exclusion.

Il sera possible grâce à de nouveaux amendements pour les médecins de décider du transfert en Australie, pour y être soignés, des demandeurs d’asile relégués dans des centres de rétention offshore.

Pour Scott Morrison, cela constitue une faille qui va aboutir à une éventuelle arrivée d’un nombre croissant de migrants. Cela justifie donc la réouverture du camp polémique, car il ne compte pas faiblir sur la dureté de sa politique migratoire, même suite une défaite historique au Parlement.

Au-delà de l’ouverture du camp, cette défaite parlementaire du gouvernement interroge la capacité de Scott Morrison, à se maintenir au pouvoir jusqu’aux élections législatives de mai prochain. Pour sa part, l’opposition travailliste arrive en tête des sondages pour ses mêmes élections. Cette annonce du Premier ministre indique clairement, que les questions migratoires auront toute leur importance, comme dans de nombreux autres pays.

Crédit photo : Matthieu