Ukraine : une campagne présidentielle, pas vraiment orthodoxe

La campagne Présidentielle en Ukraine, apparaît assez surprenante pour de nombreux observateurs, surtout avec la présence dans les candidats d’un comédien du nom de Volodymyr Zelenskiyque. Celui-ci, a défrayé la chronique en apparaissant comme un candidat à prendre au sérieux, puisqu’il se retrouve au deuxième tour face à Petro Porochenko, le président sortant. Le reste de la campagne est à l’image de ce duel, c’est-à-dire assez extravagant.

A tout seigneur, tout honneur, c’est en grande partie à lui que nous devons l’aspect étonnant de cette campagne. Cependant, le ton nouveau et décalé de Volodymyr Zelenskiyque, est apparu comme une bouffée de fraîcheur et a forcément séduit les jeunes, et tous ceux, comme dans d’autres pays, qui sont lassés de l’élite politique traditionnelle. Cet humoriste, s’est surtout fait connaître pour son rôle dans Le Serviteur du peuple. C’est une série à succès, où il interprète un professeur devenu président par hasard. Apparemment, il veut passer de la fiction à la réalité. Cependant, comme souvent en pareil cas, son argumentaire reste assez léger et peut apparaître séduisant dans une série télé, mais extrêmement limite et insuffisant dans la réalité.

Du coup, la forme l’emporte sur le fond et à ce jeu-là, il apparaît particulièrement fort. Pour éviter de dévoiler certaines lacunes bien compréhensibles pour un novice en politique, l’acteur continue à faire le show et oblige le président sortant à en faire autant.

La phase de l’entre-deux tours en Ukraine, s’annonce rocambolesque. Une ambiance malsaine s’est installée sur fond de “politique spectacle” à base de populisme, de coups bas et la mise en avant de propositions plus démagogiques les unes que les autres. Le comédien Volodymyr Zelenskiy, a mis au défi le président sortant, de participer à un débat télévisé dans le stade olympique de Kiev. Le stade, a une capacité de 70 000 personnes, et en Ukraine, on évoque un combat de gladiateurs dans le Colisée, plutôt qu’un débat sérieux sur l’avenir du pays.

Ce débat, fait partie des défis que les candidats se lancent, faute de débattre sur des idées et des projets. Au lieu d’arguments de campagne, Volodymyr Zelenskiy attend des excuses de la part du président, pour l’avoir traité de clown et de marionnette d’un oligarque. De son côté, pour le président sortant, le débat est une nécessité afin de faire ressortir le manque d’expérience de l’adversaire, voire son incompétence. Le chef de l’Etat, a ainsi accepté de se plier à une autre demande étrange de Volodymyr Zelenskiy. Il veut, que des tests médicaux des deux candidats soient effectués, pour s’assurer que ni l’un, ni l’autre, ne consomme de l’alcool ou des stupéfiants.

Au-delà du pittoresque et de l’inédit qui ressort de tout cela, il ne faut pas oublier que de gros défis sont à relever dans un pays qui reste sous le regard pesant de la Russie.

Crédit photo : denys rodionenko