Avez-vous peur des serpents ?

serpent_mer

Nous avons tous dans nos amis quelqu’un qui a la phobie des serpents, quant aux autres, ils avouent ne pas être très rassurés à la vue d’un de ces animaux. Il est vrai que nous avons tous dans notre inconscient, une magnifique image de Cobra ou de crotales prêt à nous mordre. Sans parler de notre vipère moins exotique, certainement moins dangereuse, mais hélas plus commune dans nos régions.

Ce qui peut paraître plus étonnant, c’est le fait que de nombreux serpents sont pourvus d’une réserve de venin bien supérieure à leurs besoins, ils capable de tuer des milliers de leurs proies naturelles. Par contre certains, si cela peut nous rassurer, ont un venin si faible qu’il le rend quasi inoffensif. C’est pour cela que des scientifiques de l’Université nationale d’Irlande à Galway, de l’Université de St Andrews, du Trinity College de Dublin et de la Société zoologique de Londres ont mené une étude pour comprendre d’où vient cette différence.

Comme on peut s’y attendre, les raisons sont évolutionnaires. Cette évolution correspond à une adaptation à l’entourage. Les venins ont évolué pour être les plus efficaces contre les animaux les plus proches de ceux que les serpents ont l’habitude de manger.

Lorsqu’un serpent de mer n’a pas un venin très motel, c’est parce qu’il n’en a moins pas besoin. Les serpents ont du venin d’abord pour leur permettre de tuer ou de neutraliser leur proie avant de les manger.

La qualité du venin est aussi tributaire de l’abondance des proies disponibles dans leurs environnements respectifs. En gros, plus l’endroit est hostile, plus les proies sont rares et plus le venin est efficace pour ne pas les rater. De plus, la quantité de venin qu’un serpent renferme dépend autant de sa taille que de son milieu. Les glandes venimeuses les plus prolifiques sont celles des serpents terrestres, suivis par les serpents arboricoles puis les serpents marins.

Arrêtez de regarder derrière vous après avoir lu cet article, le bruit que vous venez d’entendre n’est pas celui d’un serpent, enfin normalement.

Crédit photo : serpent_mer