La production de la Coccinelle vient officiellement de s’arrêter

Tout a une fin et la production de la fameuse “Coccinelle” de Volkswagen n’échappe pas à la règle. Bizarrement, pour cette voiture allemande, la célébration de la fin de cette incroyable saga de plus de 70 ans, s’est faite sous le soleil et au son des Mariachis. En effet, la dernière usine à produire des Coccinelles se trouvait à Puebla, au Mexique.

Sa dernière évolution s’appelait “New beetle”, et ce site en a produit depuis 1997, plus de 1,7 million. L’émotion était forte et on pouvait lire sur des tee-shirts “Gracias Beetle”. Les 65 derniers modèles ont été numérotés en référence aux 65 années de présence de Volkswagen au Mexique.

Si les “voitures du peuple” pouvaient parler, elles en raconteraient des choses. Les ancêtres sont nés sous la férule de l’Allemagne Nazi en 1938. Ce modèle, disons classique malgré les évolutions, a vu sa production s’achever en 2003. Depuis, c’est le concept de “New beetle”, qui a pris le relais. Cependant, le modèle n’avait presque plus rien en commun. Il correspondait aux critères actuels d’une voiture luxueuse surfant sur la tendance revival.

La Voilkswagen, a donc vécu les tristes réalités du régime fasciste, de la guerre, mais aussi la période de la reconstruction et la douceur et le plaisir de vivre de la jeunesse des années 1960 et 1970. Elle a fait partie des grands rassemblements hippies. Affublée de fleurs de toutes les couleurs, sa présence est indissociable de la génération  “Peace and Love”.

Dans les années 70, elle est alors à son apogée et devient même une vedette de cinéma. Les studios Disney, vont produire une série de cinq films. La Coccinelle est appelée “Choupette” et porte le numéro 53. Les spectateurs suivent les aventures de par le monde, notamment en compétition automobile de cette voiture douée de vie. Le succès commercial est indéniable et contribue à l’image de marque de la voiture qui en 1972 devient la voiture la plus vendue dans le monde. Elle bat à l’occasion le record détenu par la Ford T.

Cependant, très rapidement, le vent va tourner. Même s’il est robuste, le moteur quatre-cylindres à plat de la VW particulièrement gourmand et bruyant, ne correspond plus au temps de crise des années 80. Son design non plus, et au fur et à mesure la Coccinelle ne sera plus prophète en son pays. Elle va continuer son petit bonhomme de chemin dans d’autres pays en plein développement.

Voilà, comment un 10 juillet une voiture produite à la base du plus pur et terrible nationalisme allemand, se retrouve à finir sa vie au Mexique.

Crédit photo : chris barbalis