Brexit : l’exemple foireux de Boris Johnson sur le hareng fumé

mains_bouledfsg_europe

Qui se ressemble, s’assemble, voilà une bourde, une erreur, une gaffe que Donald Trump aurait pu faire. Cette fois, c’est son ami anglais “Boris Johnson” qui l’a faite. Pour démontrer les méfaits de l’Union européenne avec toutes ses réglementations, le premier partisan du Brexit, a pris comme exemple le hareng de l’Île de Man. Manque de chance, de préparation ou de sérieux de la part de ses équipes, l’exemple pris par Boris Johnson n’entre pas dans le champ d’application de la législation de l’Union européenne.

Il faut avouer, qu’il fallait le faire, car il est vrai que l’Union européenne à tort ou à raison, a tendance à tout vouloir réglementer. On en arrive parfois à des cas particulièrement grotesques, et ce ne sont pas les agriculteurs français, qui diront le contraire.

Le fumeur de harengs de l’Île de Man se plaint selon Boris Johnson, car il ne peut plus envoyer ses harengs fumés par la poste. Il explique, “les bureaucrates de Bruxelles ont insisté pour que chaque hareng soit accompagné d’une poche de glace en plastique“.

Cependant, Boris Johnson a fait un beau cadeau aux fonctionnaires de l’UE. Anca Paduraru, porte-parole de la Commission européenne chargée des questions de sécurité alimentaire, a immédiatement réagi et certainement avec un malin plaisir pour faire remarquer, “le cas décrit par Boris Johnson n’entre pas dans le champ d’application de la législation de l’Union européenne et il s’agit exclusivement d’une compétence nationale britannique”.

Pour enfoncer le clou, le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis rappelle que l’île de Man n’est pas membre de l’UE. Cependant, loin de se dédouaner des mesures prises par Bruxelles, il rajoute “Boris, l’île de Man n’est pas liée à la bureaucratie inutile et nuisible de l’UE en matière de sécurité alimentaire dont nous sommes fiers, car elle protège les consommateurs”.

Sur le même sujet, David Alexander, responsable de la sécurité alimentaire à la Food Standards Agency, confirme, “au Royaume-Uni, les harengs fumés vendus en ligne doivent être maintenus à une température acceptable tout au long de leur transport. Les entreprises doivent veiller à ce que les matériaux utilisés soient adaptés à la nourriture et aux conditions d’utilisation”. 

Une nouvelle “approximation” de Boris Johnson qui s’apparente plus à de la désinformation. Elle démontre une nouvelle fois, une approche grossière de la situation et certainement une volonté manifeste de “noyer le poisson”. C’est du moins, ce que l’on peut espérer, car sinon ce serait la confirmation d’un manque évident de préparation et une manière particulièrement désinvolte de traiter de vrais problèmes.

Il ne faut pas oublier, que le producteur de harengs de l’Île de Man, ne veut certainement pas rester au stade de symbole, mais il attend une réponse concrète à ses problèmes bien réels. Pour cela, il doit pouvoir compter sur des élus qui le dirigent vers les bonnes personnes européennes ou pas, pour trouver une solution.

Crédit photo : bouledfsg europe