Universités : les établissements américains dominent le classement de Shanghai 2019

Les universités ont elles aussi leur classement. Un des plus remarqués, est le classement de Shanghai, qui est devenu une référence en la matière. Cette année encore, ce sont les États-Unis qui dominent sans contestation ce classement en positionnant huit universités dans les dix premières. De son côté, la France brille encore par des résultats médiocres, seuls trois établissements français se classent dans le top 100.

Concernant le classement de Shanghai, il faut préciser qu’il a créé en 2003. Ce classement se base sur différents types de critères pour établir son palmarès. En premier lieu, il y a le nombre de prix Nobel et de médailles Fields parmi les diplômés et les professeurs. Ensuite, le nombre de professeurs les plus cités dans leur discipline, et enfin, le nombre de publications dans les revues scientifiques. Par contre, ce qui pénalise certainement les universités françaises, c’est que le classement de Shanghai ne prend pas en compte des critères importants aux yeux des établissements français, comme par exemple le taux d’employabilité des élèves après l’acquisition de leurs diplômes.

Les universités américaines dominent le classement

Quoi qu’il en soit pour la 17e année consécutive, c’est l’université d’Harvard qui occupe la première place de ce classement. Elle est suivie par Stanford et Cambridge. On peut dire que le trio de tête apparaît plutôt classique. Ensuite, on retrouve le MIT et l’UC Berkeley. Au milieu de la flopée d’établissements américains, 16 parmi les 20 premiers, seuls 4 établissements européens sont dans le top 20. Il s’agit de l’université de Cambridge, celle d’Oxford (7e), l’university collège de Londres (15e) et l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (19e).

Pour trouver le premier établissement français, il faut descendre à la 37e position occupée par Paris-Sud (Paris 11). La Sorbonne quant à elle, passe de la 36e à la 44e place. En tout, on retrouve 35 établissements français dans le top 1000.

Dans ce classement, la position de la France a très peu évolué depuis dix ans. Si on revient en 2009, trois établissements français figuraient dans le top 100. Pourtant, en 2013, les Communauté d’universités et d’établissements (Comues) avaient été créés par le ministère de l’Enseignement supérieur pour que justement les établissements français progressent dans les classements internationaux. Apparemment, si l’intention y était, le résultat se fait attendre. Un enseignant constaterait avec regret, que des efforts sont faits, mais qu’hélas, les résultats ne sont pas là, il faut persévérer.

Crédit photo : Université-Paris-Est-Créteil