What else ?

Coronavirus : des têtes de dirigeants chinois tombent

greve_lg_chine

En Chine, la contagion du coronavirus s’est étendue à certains dirigeants locaux. Non, ils ne sont pas directement victimes de la maladie, cependant, leur avenir paraît bien sombre. Le gouvernement, cherche à calmer une certaine colère qui monte dans la population. Il veut aussi admettre timidement des erreurs aux yeux de la communauté internationale. Pour cela, il faut trouver des boucs émissaires et faire tomber des têtes. En attendant de trouver une parade, on désigne des responsables.

La gestion de la crise sanitaire provoquée par l’extension de l’épidémie de coronavirus Covid-19, est de plus en plus ouvertement critiquée par une partie de la population chinoise. Les plus hauts responsables du Parti communiste dans la province du Hubei et sa capitale Wuhan, viennent d’être limogés par le pouvoir central. Comme toujours en pareil cas, c’est l’agence de presse officielle Xinhua (Chine nouvelle), qui se fait un plaisir de bien les nommer pour que personne n’oublie leurs noms et surtout n’aille pas chercher plus loin. Le responsable du PC pour le Hubei, a été remplacé par l’actuel maire de Shanghai. Même sort pour le secrétaire du Parti, qui dirigeait la métropole de Wuhan, après son mea-culpa en direct et à une heure de forte audience à la télévision publique.

Celui-ci, avait exprimé son ressentiment face à sa responsabilité dans la gestion de cette tragique épidémie qui se propage. Au passage, il n’oublie pas de dire, que cela aurait aussi évité bien des soucis au Comité central du PCC et au gouvernement. En effet, dans ce 2e temps de l’épidémie, le gouvernement chinois ne peut plus nier des erreurs d’appréciation, et surtout des lenteurs de réactions. Comme souvent, le premier réflexe a été autant de cacher, plutôt que de traiter le problème.

La mort du docteur Li Wenliang, un tournant dans la gestion de la crise

C’est la mort de Li Wenliang, qui a clairement changé la donne. Ce jeune médecin est considéré, comme un “martyr” pour avoir soigné des malades dès les premières heures. Il a surtout été censuré et réprimé, alors qu’il avait sonné l’alarme. Du coup, de nombreuses autres histoires plus dramatiques au regard de la suite ressortent. Plusieurs donneurs d’alerte chinois, ont également révélé que les autorités de Wuhan avaient organisé dans la ville un banquet géant. Celui-ci, a réuni pas moins de 40 000 personnes. Tout cela, quelques jours après la totale fermeture au monde de la cité contaminée. Visiblement, les impératifs des organisateurs étaient tragiquement tournés ailleurs.

Masquer, minimiser plutôt que voir la réalité

Toutes ces révélations démontrent à tous les niveaux, un aveuglement et une volonté de montrer que tout va bien à sa hiérarchie. En haut de la pyramide, le président Xi Jinping s’énerve de cette image désastreuse, que cela donne du fonctionnement du pays. Il est apparu en personne, sur le terrain, discutant avec quelques-uns de ses compatriotes. Il assure “une évolution positive” de la situation. Cependant, les chiffres le contredisent immédiatement. Le bilan des morts a fait un nouveau bond, et continue de grimper.

Crédit photo : grve lg chine

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction