Les buzz !

Plagiat : un algorithme met 68 milliards de mélodies dans le domaine public

fete-de-la-musique
Inspiration, hommage, plagiat, contrefaçon, difficile de faire parfois la part des choses. Depuis longtemps, de nombreuses œuvres se sont révélé être des “reprises” d’autres, parfois consciemment, quelquefois inconsciemment. Autrefois, les conséquences étaient surtout d’ordre moral et de valeurs artistiques. Actuellement, avec les enjeux économiques d’une production musicale toujours plus productives, tout est beaucoup plus surveillés et les procès se multiplient. De fait, difficile pour chaque artiste d’être sûr d’avoir fait une œuvre complètement novatrice. C’est pour cela deux musiciens et développeurs ont généré toutes les mélodies possibles dans la musique pop.
Les 2 compères s’appellent Damien Riehl, avocat spécialiste du droit d’auteur, musicien et développeur et le directeur musical Noah Rubin. Ils ont donc déclaré avoir créé un algorithme pour générer toutes les mélodies possibles. Ensuite, ils se sont empressée les protéger par des droits d’auteur. Cependant, nos 2 acolytes assurent que la démarche ne vise pas a pouvoir tout verrouillé pour leur intérêt.

Quand la musique devient une suite de chiffre

Au contraire, Damien Riehl et Noah Rubin ont mis ces mélodies en ligne sur le site Internet Archive ainsi que le code de l’algorithme qui les a générées. Ensuite, ils ont utilisé une licence Creative Commons Zero. En faisant cela, ils n’ont aucun droit réservé et par conséquence ces mélodies sont similaires aux œuvres tombées dans le domaine public. Les musiciens composant à leur insu des mélodies y ressemblant ne courront pas le risque d’être poursuivis pour plagiat.

On parle ici, tout de même de 68,7 milliards de mélodies. Celles-ci ont été obtenues en utilisant un algorithme qui combine toutes les combinaisons possibles. Il fonctionne à un rythme de 300 000 mélodies par seconde. Plus concrètement, la mélodie do, ré, mi, ré, do,  devient 1, 2, 3, 2, 1. À la suite de quoi, il devient difficile d’envisager un procès pour une suite de chiffres.

Une méthode mathématique simple devant une justice humaine complexe

Il reste que la musique, le droit et la justice ne sont pas une affaire de simple mathématique, ceux sont des activités humaines et donc plus complexes dans les applications. On peut faire confiance à certains détenteurs d’arriver à tordre la législation sur les droits d’auteur déjà complexe dans leur sens. De plus, même si l’intention est bonne, il apparaît, en effet, assez triste et désespérant de résumer l’inspiration et la création musicale a un alignement de chiffres.

En attendant, Damien Riehl et Noah Rubin espèrent que d’autres vont faire de même avec le jazz et la musique classique.

Crédit photo : fête de la musique

 

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction