Non classé

Bruxelles continue sa pression sur l’obsolescence prématurée

mains_bouledfsg_europe
La Commission européenne passe à l’action en matière de recyclage. D’une part, elle reprend sa lutte pour l’économie circulaire et d’autre part, sa lutte contre l’obsolescence prématurée. Cela devrait déboucher sur une réduction de la consommation des ressources naturelles. Ce deuxième plan d’action proposé par Bruxelles, en est encore au stade de directions et de principes généraux. Cependant, il servira de fil conducteur à la Commission pour mettre en œuvre différents programmes, propositions législatives ou simples lignes directrices.
Une des mesures phare, c’est l’établissement d’un “droit à la réparation”. Dans le collimateur, on retrouve la lutte contre l’obsolescence prématurée. Cependant, la commission n’oublie pas la destruction des marchandises durables invendues. A contrario, tout est mis en place pour favoriser et augmenter le cycle de vie des produits. Ainsi, on devrait retrouver plus de pièces remplaçables et réparables dans la fabrication. De fait, le consommateur reprend un peu la main sur sa consommation. En effet, il récupère la possibilité d’utiliser un appareil plus longtemps, plutôt que d’en changer.

La mise en place d’une législation en matière d’obsolescence prématurée

Très concrètement, la Commission se donne comme objectif à l’horizon 2021, un texte législatif. Celui-ci, sera rédigé “afin que les produits mis sur le marché de l’Union soient conçus pour durer plus longtemps, soient plus faciles à réutiliser, à réparer et à recycler et contiennent autant que possible des matériaux recyclés plutôt que des matières premières primaires”. Cette notion sera intégrée à la législation européenne sur l’écoconception d’ici 2021.

Plusieurs plans pour un but ambitieux, préserver l’environnement et renforcer la compétitivité économique

Ce plan ne sera pas le seul de ce type. En effet, l’exécutif européen étend son action à d’autres secteurs. Pour cela, il propose un nouveau cadre réglementaire pour améliorer la collecte et le recyclage des batteries. De même, l’an prochain, ce devrait être le tour du textile et de la construction. Sans oublier, l’action intitulée “de la ferme à la table”, qui doit être dévoilée avant l’été. Elle permettra, d’atteindre un objectif de réduction des déchets alimentaires.

En ligne de mire, l’Europe veut baisser la production de déchets par citoyen de l’UE. Celle-ci s’élève à près de 500 kilos. Le Vice-président exécutif de la Commission Frans Timmermans, regrette que “l’économie est encore essentiellement linéaire, puisque 12 % seulement des matières et des ressources secondaires y sont réintroduites”. C’est lui qui supervise le déploiement du “Pacte vert européen”. A ce titre, il considère qu’une économie complètement circulaire est la garante idéale pour “préserver notre environnement naturel et renforcer notre compétitivité économique“.

Crédit photo : mains_bouledfsg_europe

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction